Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'étrange histoire de la respiration du lézard

Publié le par M.Hermassi

Le varan des savanes respire comme les oiseaux de façon unidirectionnelle
Une étude récemment publiée indique que la respiration du lézard est unidirectionnelle, exactement comme chez les oiseaux. Cela pourrait remettre en cause l'évolution suivie par certaines espèces. Chez les humains, comme chez la plupart des autres animaux, la respiration se fait en deux temps : d'abord l'inspiration puis l'expiration. Ce n’est pourtant pas le cas chez les oiseaux qui disposent d’un système respiratoire jugé plus perfectionné et plus efficace. Chez eux, comme chez nous, l'air pénètre par la trachée et passe dans le poumon. Sauf que celui-ci est rigide et indéformable. De là, l’air se disperse dans une espèce de labyrinthe avant de ressortir par où il est venu. Cette circulation en boucle permet d'assurer un apport constant en oxygène. On estime que cela permet aux oiseaux de mieux supporter les efforts musculaires que le fait de voler exige. De plus, optimiser la respiration serait nécessaire avec la raréfaction de l'oxygène en altitude. Mais les oiseaux ne semblent pas être les seuls à disposer d'un tel système respiratoire. Des chercheurs américains ont découvert que c'était aussi le cas des varans des savanes, une variété de lézards scientifiquement connus sous le nom de Varanus exanthematicus. Une théorie remise en question Pour en arriver là, C.G. Farmer, une biologiste de l'université américaine d'Utah, et son équipe ont réalisé une série d’expériences (scanners 3D, mesures du débit d’air, injections d’air ou d’eau, etc.) qui ont démontré que le système respiratoire de ces varans était unidirectionnel, comme celui des oiseaux. Du coup, la théorie des efforts musculaires et de la raréfaction de l’air bat de l’aile. Pourquoi le lézard dispose t-il d'un tel système ? Pour le moment, on ne sait pas expliquer cette différence de respiration. Reprise par l'AFP, C.G Farmer estime "qu'il ne s'agit probablement pas d'une adaptation permettant à un animal d'être actif". Pour elle, "ce serait plutôt une adaptation destinée à lui permettre de rester tranquillement assis sur de longues périodes, sans bouger et sans respirer". On sait que les animaux à sang froid passent 80% de leur temps à retenir leur souffle. "Donc j'ai formulé l'hypothèse que cette respiration serait importante pour mélanger les gaz dans les poumons durant la rétention d'air", ajoute t-elle. Néanmoins, le lézard ne serait pas le seul reptile à bénéficier de ce système. Selon la spécialistes, "les alligators d'Amérique seraient dotés des mêmes facultés, ce qui les aiderait à retenir leur souffle, qu'ils soient en plongée ou non". Une caractéristique plus ancienne qu'on ne pense Les chercheurs pensent que ce système respiratoire un peu particulier pourrait être lié à l'extinction massive d'espèces qui a eu lieu il y a 250 millions d'années et qui s'est traduite par une chute sévère du taux d'oxygène dans l'atmosphère. Dès lors, les espèces possédant une respiration unilatérale auraient été avantagées au cours de cette période. Ainsi, les ancêtres des oiseaux et des crocodiliens "pourraient bien avoir déjà abordé la période du Trias avec un poumon unidirectionnel", estime Mme Farmer. Ce serait une centaine de millions d'années avant l'apparition des premiers oiseaux et vingt millions d'années plus tôt que ce que l'on pensait jusqu'ici. Ce phénomène "semble être bien plus répandu et ancien qu'on ne le pensait", souligne la chercheuse. Aujourd'hui, il est impossible de savoir si les animaux éteints comme les dinosaures possédaient aussi un tel système. Mais l'étude suggère que le caractère pourrait avoir existé chez un ancêtre commun aux reptiles, aux oiseaux et aux dinosaures. "Nous voulons regarder chez des lézards, des serpents, des tortues et des amphibiens. Nous avons beaucoup de travail devant nous", a ainsi conclu C.G Farmer.

Maxisciences

Commenter cet article