Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

LE TRANSFERT ( suite )

 

Chapitre (2)

 

LA THEORIE DU TRANSFERT.

 

    Depuis la nuit des temps l’homme n’a cessé de se préoccuper d’une partie de lui-même qu’il n’arrive pas à cerner, tellement elle est insaisissable. Les croyants l’appellent l’âme, les autres sont plus prudents et la désignent par le< Moi.>

    A mon avis l’échec de nos recherches dans ce domaine, réside dans notre façon d’aborder le problème. Pour cela une nouvelle approche plus simple plus pratique s’avère nécessaire. A commencer à éviter de l’entourer de mystère, évitant de parler de l’âme, parlant du Moi, de mon identité de ce sentiment d’être moi et pas un autre.

        Ce Moi, peut-il se détacher du physique au terme de celui-ci? Ou bien périt-il avec? Ici commence réellement ma théorie qui se base la plupart du temps sur des faits réels. Je reviens en partie aux observations déjà citées, je me pose une première question: quand mon Moi est-il né? A-t-il un lien direct avec le vécu conscient? (C’est à dire avec le commencement du fonctionnement de la mémoire) Qui parmi nous se rappelle le vécu de ses premiers mois après sa naissance? Personne! Cela durera jusqu’au moment où la mémoire commence à fonctionner à savoir vers la deuxième ou la troisième année de notre existence. Le vécu antérieur reste indéfini, cette période ressemble à l’état des cellules souches, notamment que elles existent bel et bien mais n’ont aucune fonction spécifique. Pendant cette période de l’enfance, on ne peut parler du Moi conscient. C’est seulement quand le cerveau atteindra une maturité lui permettant d’enregistrer tout ce que nos cinq sens lui communiquent, que nos mémoires deviennent actifs, alors seulement nous pouvons dire que le Moi conscient est né.

     Continuons modestement nos investigations dans ce domaine, et posons-nous encore quelques questions tels que: Si le Moi, est dépendant des mémoires pour se situer dans les quatre dimensions, que se passe-t-il lorsque la personne, est atteinte d’un traumatisme qui lui à cause une amnésie globale? Le patient perd son identité, en perdant ses mémoires, il ne sait plus se situer dans son environnement, il ne reconnaît plus personne; On peut dire qu’il a perdu son Moi. Il vit encore parce que le reste de ses organes continuent d’assurer leur fonction. Avant de tirer des conclusions, continuons à amasser d’autres faits qui nous aiderons plus tard à voir plus claire dans notre raisonnement.

     Revenons de nouveau au physique que nous connaissons mieux grâce au progrès de la science médicale. Considérons une

personne, appelons-la Paul, et quelques donneurs d’organes qui possèdent une excellente histocompatibilité avec Paul pour éviter les problèmes d'immunologie.  

    Supposons aussi que les techniques de transplantation d’organes ne posent plus aucun problème. Maintenant faisant à Paul une succession de transplantations d’organes et de membres provenant de ces donneurs. Nous constatons que malgré ce changement physique progressif, Paul à garde son identité. Il en sera de même si nous lui changeons tout le physique sauf le cerveau, siège de la mémoire. Mon intention n’est pas une transplantation du cerveau, sachant bien que cette opération soit du domaine pratiquement de l’impossible. Par contre nous pouvons tirer une conclusion à savoir que: Le Moi est le physique n’ont qu’une relation de cohabitation, que notre Moi peut s’adapter à un autre physique à condition de trouver la bonne formule pour les mettre ensemble. 

    C’est cette formule que nous devons trouver. Avant de proposer un accès à cette formule, je voudrais, parler de la relation de notre mental avec notre physique. Nous en parlons rarement. Pourtant ils sont deux entités bien distinctes. Recourant encore une fois à l’observation. Voyant comment nous nous comportons vis à vis de nous-même quotidiennement. Depuis notre tendre enfance consciente, l’esprit et le physique se développent en parallèle et en harmonie. Je dirais même, qu’ils se comportent comme un couple amoureux. L’esprit ne cesse de prodiguer des petits trucs pour se mettre mutuellement en valeur, et plaire à tout le monde. Comportement d’un esprit sain dans un corps sain. Cette harmonie dure aussi longtemps que le physique est dans de bonnes conditions de santé. Hélas, le physique a ses limites et, le temps joue contre lui, par contre l’esprit peut continuer à se développer sans altération.

    Cette nouvelle situation est mal acceptée par l’esprit. Un conflit s’installe, leur relation se lézarde, un état dépressif du mental commence. On entend souvent dire: J’ai l’esprit encore jeune, c’est le corps qui ne suit pas. Cette situation devient dramatique, quand la fin du physique se fait sentir. Le mental se révolte, parce qu’il sait que la fin du physique signifie aussi sa fin à lui, il n’accepte pas ce sacrifice. La preuve est que la science médicale tente par tous les moyens de faire reculer ce moment fatidique, par des rafistolages de tout genre. C’est bien de voir une valve organique créer par l’homme, palpiter dans une assiette, et un cœur entier fait sur mesure pour le receveur. C’est une première, bravo la science! Mais l’impact sur le plan pratique reste modeste. Certes ces interventions aident le malade, et le soulagent pour une certaine période indéterminée. L’opéré lui reste toujours un malade, vulnérable.Toutes ces opérations lourdes, ont d’après  les statistiques une efficacité qui oscille entre dix et quinze ans. L’opéré s’entend souvent dire: Ne te fatigue pas trop, ne prend pas de charges lourdes etc.…Il se sent mal dans sa peau. On lui rappelle inconsciemment qu’il est en sursis.

     Toutes ces améliorations partielles du physique coûtent des milliards de dollars, et reste finalement des bricolages limites et provisoires. Un physique rafistolé plusieurs fois, fait penser à la créature du Dr. Frankenstein, même si les moyens utilisés sont plus performants et plus esthétiques.

     Nous devons des maintenant penser à d’autres possibilités, plus efficaces, plus durables. Envisager l’engagement d’une recherche plus osée, sans avoir peur de s’afficher. Il faut bousculer les mentalités rigides et stagnantes. Tout le monde doit savoir ce qui se trame. En faisant participer tout le monde, le monde changera. L’effet ne sera que positif, en sachant qu’un nouvel horizon peut  voir le jour et améliorer la vie de chacun. Nous deviendrons plus optimistes plus dynamiques nos rapports changeront, avant même de réaliser ce rêve. Attendre est mieux qu’espérer. J’ai 68 ans et je sais que je n’ai pas 1% de chance de voir de mon vivant ce projet se réaliser. Pourtant je me sens mieux dans ma peau depuis que je pense à une réussite éventuelle de ma théorie. Alors qu’un homme de 50 ans a toutes les chances d’être encore là, et pouvoir bénéficier des retombées. Si nous nous attelons des maintenant à travailler sérieusement et ouvertement, nos chances seront plus grandes, et les délais d’attente plus cours.

 

 

 

Programme pilote à nos

Recherches.

 

     La vérification de notre théorie dépend essentiellement de la réalisation de l’expérience finale. Sans quoi nous ne saurons jamais quelle sera la réaction de notre sujet à son réveil, après avoir subi l’opération.

      L’expérience à réaliser n’est pas une opération chirurgicale. Sa technique repose sur des données nouvelles et des connaissances dont nous ignorons encore certaines d’entre-elles. Ce qui constituera l’objet de nos recherches; Par contre nous  savons ce qui nous manque et ou le chercher.

 

 

 

 

Organigramme des recherches.

 

     L’unité de recherche comportera 3 équipes formées de scientifiques spécialisées principalement en neurologie et en nanotechnologie.

     Première équipe: une équipe de neurologues qui auront pour tâche d’étudier le processus de l’acheminement des informations provenant des cinq sens vers les différents compartiments mémoire d’un individu, d’étudier le principe du mixage provenant des différentes sources. Enfin, de l’enregistrement et du stockage de ces mêmes informations. En d’autres termes: étudier les mécanismes biochimiques de la mémoire et les nombreux neuromédiateurs tels que: l’acétylcholine, la dopamine, la sérotonine, et la noradrénaline.   

     Deuxième équipe: Celle-ci doit être formée de neurologues et, de spécialistes en nanotechnologie. Leur tâche est beaucoup plus difficile que la première, elle constitue l’essentiel de la réussite de notre expérience. Cette équipe fera en quelque sorte le chemin inverse de la première. Elle doit trouver un procède pratique pour prélever les informations stockées dans les cases mémoire, les enregistrer sur un support extérieur avec toutes les précautions possibles afin de préserver leur fidélité. Ce support peut être la mémoire d’un ordinateur, mieux encore, procéder à un transfert direct sur un autre patient. Ce qui est notre objectif final. Une des pistes à explorer par les spécialistes en neurochimies sera, d’approfondir l’étude de l’itinéraire de certains neuromédiateurs. Ces messagers chimiques de la communication entre les neurones. On sait qu’elles sont des molécules libérées par les terminaisons nerveuses des neurones. Elles assurent une mission de transmetteur de l’influx nerveux entre les cellules. Par la suite elles sont soit: réutilisées, détruites ou diffusées dans les liquides physiologiques (Lymphe, sang) Ces molécules étant récupérables, elles peuvent faire l’objet d’une étude approfondie. Elles pourraient peut-être nous fournir de précieux renseignements. Une de ces molécules intéressante est la noradrénaline du fait qu’elle est distribuée dans presque tout le cerveau: Dans le cortex, l’hippocampe, et l’hypothalamus. En étudiant de près son itinéraire, et son comportement, nous pourrons envisager, d’envoyer par le même circuit d’autres molécules programmées pour recueillir et stocker des informations que nous désirons. Nous sommes à la veille de l’ère de l’<électronique moléculaire> Il sera facile d’envoyer une molécule avec pour mission de prélever des informations bien spécifiques, et de les véhiculer directement à travers un circuit sanguin vers une autre destination;

En l’occurrence vers les compartiments mémoires d’un autre individu. Faisant ainsi une opération de transfert. Je sais que ce projet futuriste est encore du domaine de la pure fiction, mais l’histoire nous a appris que souvent la fiction se métamorphose et devient réalité.

    Troisième équipe: Celle-ci son unique préoccupation est un travail de préparation du sujet receveur. Tout ce qu’ils doivent faire c’est de mettre au point un procède pour effacer au préalable les mémoires du receveur de tout son vécu, ainsi ses compartiments mémoire redeviennent vierges de toute information. En d’autres termes provoquer une amnésie globale, sans endommager lesqualités réceptives de ses compartiments.

Une fois ces 3 techniques maîtrisées l’expérience finale peut avoir lieu. **

 

**: Certaines de ces données sont déjà connues.

 

L’expérience.

 

   Nous transférons les mémoires d’un médecin, disant âgé de 60 ans; dans les compartiments mémoires d’un jeune homme âge de 15 ans, sain de corps et d’esprit, en ayant soin d’effacer auparavant les mémoires de ce jeune homme pour libérer totalement son cerveau. Afin d’éviter par la suite de possibles interférences avec les nouvelles mémoires. Quelle sera la réaction du jeune patient à son réveil? Nous le saurons par le patient lui-même. Néanmoins nous pouvons  nous rassurer dès à présent d’une chose, c’est qu’il n’y a que deux hypothèses envisageables; Dans les deux cas les résultats seront d’une importance capitale pour le devenir de l’homme. Voyant maintenant les hypothèses.

 

 

PREMIERE HYPOTHESE.

 

    En se réveillant. Le jeune homme va réagir à tout point de vue comme l’homme de 60 ans. Son Moi habite un nouveau corps exactement à l’image de ce que j’ai vécu et ressenti dans mon rêve en me regardant dans le miroir. Si tout se passe ainsi, alors vous imaginez ce que cela veut dire? L’impact que ça peut avoir sur l’avenir de l’homme. Le physique devient jetable, renouvelable à souhait tant que le transfert s’effectuera dans de bonnes conditions; autrement dit une longévité de vie insoupçonnée auparavant verra le jour. Nous pourrons aussi choisir le type de physique que nous voulons, et mille autres avantages. Nous en reparlerons plus tard.

   

 Remarque: Cette situation, est un peu à l’image que nous connaissons de l’histoire de

l’âme, laquelle quitte le défunt afin d’aller rejoindre le Seigneur en attendant le dernier jugement, sauf que dans notre cas nous disposons de notre âme pour la réutiliser à volonté. Je sais que cette comparaison déplait à beaucoup, puisqu’elle touche un domaine ultrasensible jusqu’ici interdit, celui de la création.

    Cette première hypothèse nous rappelle les histoires des réincarnations ou transmigrations de l’âme. (Qui veut dire renaissance d’une âme dans un nouveau corps)!Le bouddhisme, l’hindouisme, le jaïnisme, les anciens grecs, les anciens égyptiens y croient. Depuis des temps immémoriaux des sociétés peu structurées ont cru en de différentes formes de transmigrations. Dans certaines cultures la réincarnation est censée intervenir par la transmigration de l’âme d’une personne défunte dans le corps d’un jeune enfant de la même famille.

    La différence essentielle de notre hypothèse avec les croyances précédentes. C’est que si celle-ci se réalise. Nous serons en mesure d’effectuer une réincarnation à notre demande où et quand nous voulons. Ce qui est impossible dans les cas précédents.

 

 

 

DEUXIEME HYPOTHESE.

 

    Cette fois-ci le patient réagirait à l’inverse de la première hypothèse c’est à dire qu’on se regardant dans le miroir, il ne sera pas surpris par son image; Par contre lui se sentirait bizarre. Son esprit ne correspond pas à son âge. Sa mémoire lui rappelle qu’il est âge de 60 ans alors que son physique est celui d’un adolescent. Toute une cascade de faits nouveaux habite désormais son esprit. Bien sûr on lui expliquera la cause et il finira par comprendre et même en être content. Il

possède un nouvel esprit qui n’est pas n’importe lequel! Ses nouvelles mémoires sont celles d’un médecin, il a un potentiel d’informations à faire rêver pour son âge. On aura réussi à faire de ce gamin un enfant prodige, et il a toute une vie devant lui pour prospérer encore d’avantage.

    La conclusion à tirer de cette nouvelle hypothèse est que: Ce jeune homme à garde son Moi initial mais il a acquis de nouvelles mémoires. Autrement dit chaque individu possède une fois et une seule un Moi indépendant de la mémoire, et inséparable du physique de départ et ceci jusqu’à la mort.  

    Néanmoins le résultat n’est pas des moindres pour l’avenir de l’homme. IL est moins fulgurant que le premier mais il permet la survie des mémoires d’un décède. Je dirais:< Je perds mon physique, mais je préserve ma mémoire qui continuera à prospéré dans d’autres physiques > Ce nouveau type d’homme devient au fil du temps et des transferts un phénomène extraordinaire. Il est le fruit certes d’une manipulation savante de l’homme, que les fanatiques de la morale désapprouvent, mais ils évolueront et ils finiront par l’admettre. Je dirais même à titre d’anecdote que si la première hypothèse se révèle la bonne, je vous assure que même un Cardinal troquera volontiers sa soutane pour un transfert.

 

 

 

 Le transfert et le monde de demain.  

 

 

 Première hypothèse:

 

     Aujourd’hui on prépare déjà le monde de 2030,2057, voir même on projette une vision de 2077. L’évolution de la technologie et de ses applications dépasse souvent l’imagination de monsieur tout le monde. On prévoit quelles seront les grandes puissances économique et technologique dans 23 ans. Les études des spécialistes misent sur les deux géants de la démographie, l’Inde et la Chine. Leur croissance économique ascensionnelle et régulière confirmera le pronostic. Pendant ce temps les puissances actuelles perdent du terrain. Victime d’une politique capitaliste.  

    Système ou la consommation facile pousse vers la dépendance, l’endettement, la course vers le luxe, mais tout ça se paye et la facture est lourde. Face au rouleau compresseur des deux géants qui eux ont opté pour une politique simple basée sur une main d’œuvre considérable et bon marché, en plus d’un train de vie modeste. Un travail de fourmis, silencieux et soutenu. Il n’y aura aucune chance pour ceux qui se sont habitués à un niveau de vie élevé, et beaucoup de gaspillage. Tout est dans l’état d’esprit de chacun. Un américain ou un européen a besoin d’un salaire mensuel d’environ 3000 dollars. Alors qu’un chinois 150 dollars le rendraient heureux. L’européen n’a plus envie de travailler plus de 40 heures par semaine et réclame même 35 heures. Le Chinois travaille 72 heures sans se plaindre et souvent pour le même salaire. Bref, un Chinois gagne 20 fois moins et travaille deux fois plus. Si vous faites un calcul rapide en tenant compte du nombre d’habitants et de travailleurs actifs sur chaque continent vous comprendrez pourquoiil y a cet écart entre les croissances économiques.

    Il est normal que les uns perdent du terrain pendant que les autres en gagnent. Encore un atout majeur pour les Chinois ou les Indous, c’est qu’ils sont devenus producteurs des technologies de pointe. Toutes ces qualités mises ensembles aboutissent sans aucun doute à une réussite économique. Laissant les prévisions des spécialistes pour les décennies à venir, et revenons à nos spéculations pour le futur, en cas ou une expérience fructueuse du transfert verra le jour. C’est un élément qui sans aucun doute changera les prévisions de nos spécialistes, et le visage du monde de demain. Aujourd’hui tout fonctionne avec une mentalité d’hommes dont l’espérance de vie

est en dessous de 100 ans, que la durée du bon rendement de nos facultés mentales est d’environ 40 ans. L’homme d’aujourd’hui à une façon de penser, de raisonner, qui a un rapport direct avec la durée de son existence sur terre. Pour quelqu’un qui sait qu’il à une espérance de vie étalée sur plusieurs siècles, il raisonnera en fonction du temps qu’il a à vivre. Voyons les choses à travers cette perspective. Si je sais que je vivrais très longtemps, des centaines d’années, tout en restant jeune, sain de corps et d’esprit, dans un physique qui oscille entre 20 et 40 ans. 

    Mon savoir s’enrichira au fil du temps. Je pourrai voyager loin dans l’espace et explorer d’autres planètes etc. Alors toute ma vie changera, mes planifications, mes ambitions mon rythme de vie etc.. En attendant revenant sur notre planète pour voir ce qui va changer à travers cette technique. D’abord sur le plan de la santé. Nous n’aurons plus besoins de recourir à des opérations chirurgicales pour guérir ou rafistoler un corps malade. Plus de

problèmes à propos de maladies incurables tels que le sida, le cancer…etc. La solution à tous ces bobos sera résolue par un transfert. Les chirurgiens qui manient le scalpel seront remplacés par les techniciens de la santé. La maladie ne nous fera plus peur, notre physique aura l’aspect choisi au départ dans cette nouvelle vie. On ne verra plus de vieillards ravagés par le temps, ni de handicapés dans des chaises roulantes. Fini les asiles psychiatriques, les malades au bout du rouleau. Le temps deviendra notre allié et: < la pendule  qui ronronne au salon ne dira plus je vous attends> et nous irons moins souvent à l’enterrement d’une plus vieille, d’une plus laide. Le transfert créera un nouveau type d’homme, cet homme sera plus sûr de lui, il ne cherchera plus refuge dans une quelconque religion ou, dans une institution similaire pour se réconforter. Nous ferons plus attention à notre environnement et nous polluerons moins, sachant que nous allons y passer plus de temps qu’avant. Cette

vision n’est pas utopique, il faut essayer, notre problème est un engourdissement qui nous paralyse, tout ce qui nous a été défendu par le système conservateur médiéval continue d’agir sur notre mental. Les lois, les règles, les cultures, les religions, les traditions, sont des prétextes, pour donner à l’homme l’illusion d’appartenir à une classe supérieure aux restes des êtres vivants. La prétention de l’homme à cette classe est erronée, égoïste, pire encore, elle a été créé de toutes pièces, un mensonge qui nous induit en erreur et, qui continue à régner aujourd’hui encore. Je parle de toute cette théorie de vie après la mort dans un paradis crée par Dieu. Même dans ce paradis on constate que l’homme est toujours favorise par rapport aux restes des créatures. Regardant aujourd’hui autour de nous. La vie des animaux élevés en batterie pour la consommation. D’autres sont arrachés à leurs milieux naturels, mis dans des parcs d’attractions, pour le plaisir du regard ou, exhibes dans des cirques pour distraire les

enfants. On arrache les peaux à certains alors qu’ils sont encore vivants, pour en faire des manteaux de fourrure à ces dames de la haute société.

    N’oublions pas ceux des laboratoires, tues puis dissèques au nom de la recherche scientifique. Regardant l’état de notre planète, un vaste dépotoir de déchets, restes d’une société de consommations toujours à la recherche d’un luxe plus luxueux. Tous ces dérapages se font sans avoir peur des représailles Divine, puisque Dieu est clément! Il nous pardonnera. Notre narcissisme nous plongera dans l’abîme et causera notre perte. Des êtres victimes des hommes s’organisent déjà pour se défendre. Ils créaient une résistance, ils se rebellent. Le jour viendra où ils prendront leur revanche. Nous devons changer notre façon de regarder l’autre. Aujourd’hui nous accordons une grande importance au physique de l’être qui se trouve en face de nous et, nous oublions presque ce qu’il y a à l’intérieur, c.à.d. son mental! Notre première réaction est visuelle: ça c’est un mouton il est fait pour être manger, ça c’est un léopard il est dangereux il faut l’abattre, celui-là c’est un gradé 4 étoiles un officier, il faut le respecter. Pourtant ce gradé peut-être un criminel dangereux déguise, ou simplement un officier méchant.

     L’homme de demain regardera son semblable différemment. Pour la bonne raison est que son mental aura évolué, Il a compris que le physique n’occupe plus la première place qu’auparavant, que celui-ci n’est autre qu’un support interchangeable servant d’accessoire pour le mental. Donc que ce physique provient d’un clonage ou non cela ne changera rien à l’essentiel de l’être qui l’habite. Le mental n’a subi aucun changement. Il faut simplement remettre notre pendule à l’heure. L’homme de demain sera un mental habitant un physique interchangeable. Cela ne pose aucun problème pratique pour cerner l’identité de chacun.

     Ex: Prenons une personne X. Appelant-la Ben. Ben est volontaire pour réintégrer le nouveau monde, pour cela il faut obéir à de nouvelles règles qui définiront sa nouvelle identité. Ben pour commencer doit décider une fois pour tout du choix d’un physique, qui sera porteur de ses caractéristiques génétiques futures. (Ce physique peut-être un être clone autre que le sien). Ce physique doit être jeune, âgé de 20 ans environ, sain de corps et d’esprit, appelons le Benjamin (1). Une fois ce choix fait on procède à deux opérations. La première: Transférer Ben dans le physique deBenjamin (1), deuxièmement: on clone Benjamin (1). De sorte que lorsque Benjamin (1) atteindra 40 ans Benjamin (2) aura 20 ans. On répètera l’opération de transfert de Benjamin (1) à Benjamin (2) et on clone de nouveau Benjamin (2). Cette opération peut se répéter autant de fois que l’on veut. Son identité n’a aucune ambiguïté. Cette succession de transferts préservera toujours la même empreinte A.D.N. sa carte d’identité comportera 2 photos: Celle de Ben (l’ancêtre) et de Benjamin (n), celui qui est en service. A celui qui me dit que ce rêve est   utopique, je lui pose la question suivante: Quelle est la probabilité la plus utopique des deux cas? Ma théorie qui, s’appuie sur une marche scientifique plausible, ou le paradis promis dans les livres saint qui, n’a rien à offrir pour convaincre que la fois (c.à.d. une probabilité de 50% oui, 50% non). Parfois je me pose la question. Ne s’agit-il pas du même paradis, seulement nous n’avons pas compris que ce paradis doit être réalisé par nous-même et non offert par une main Divine, sur un plateau d’argent. Il y a tant de similitudes entre les deux comme: N’entre au paradis que celui qui le mérite, après avoir été purifié, en passant par plusieurs épreuves. La vie sur terre n’est-elle pas un vaste champ d’épreuves? Où tout le monde y passe? Les pauvres comme les riches. Nous subissons tous les jours des épreuves à plusieurs degrés. Dures pour les uns moins pour d’autres, selon notre comportement et notre conduite. Parmi ces épreuves citons: L’injustice, la nécessite, la corruption, les guerres, les catastrophes naturelles, la torture etc. Même les riches n’échappent pas à la règle: Ils doivent s’entourer de gardes du corps, se cacher pour vivre, ils ont peur de la maladie, peur de vieillir etc. Chacun y trouve sa part pour se purifier avant d’accéder à une vie meilleure. En réalité Dieu n’a rien avoir dans nos histoires. Tout ce que nous subissons est notre œuvre. Nous traçons notre chemin à chaque instant de notre vie. Nous avançons une machette à la main dans une forêt vierge et, nous taillons notre chemin. Rien n’est écrit d’avance, le destin est un mot vide, dans le sens où il est considéré comme un tracé établi d’avance par Dieu pour chacun de nous. Si Dieu est un tout, il est tout l’univers, alors nous faisons partie de Dieu.

   Donc si nous essayons de transformer notre vie, alors ou est le problème? D’un autre côté, nous pensons et nous raisonnons en faisant la séparation entre Dieu et nous: Nous disons que Dieu nous met à l’épreuve. Dieu fait ce qu’il veut de nous. Il prend, il donne quand il veut. Même quand on est la cause d’une catastrophe meurtrière, on dit: Dieu la voulu. Que sa volonté soit faite ! Encore une fois je dis que nous sommes responsables de tous nos faits et gestes.

     Je reviens à notre histoire, à notre première hypothèse. Je n’ai cité ici que quelques changements que la réussite de notre expérience apporte. La liste est encore très longue. Je laisse le soin à ceux qui voudraient voyager dans l’espace et le temps. De compléter le tableau, de rêver d’un monde meilleur et d’être conscient qu’il ne suffit pas de rêver mais de travailler dur pour le réaliser.

 

Deuxième hypothèse.


     Dans le cas ou notre expérience révèle que c’est la deuxième hypothèse le résultat final. En d’autres termes nous constatons que le mental et le physique sont lies à tout jamais.

    Que le transfert de la mémoire reste un simple transfert de souvenirs, de savoirs, d’un vécu. Alors, on peut déduire que la personne qui a reçu une mémoire étrangère n’a pas subi de changement radical. Par contre lui s’est enrichit d’une nouvelle mémoire venant d’une autre personne. Voyons les retombées de cette nouvelle situation. Ce que l’on peut dire est que cette nouvelle situation rend le bénéficiaire dote d’une nouvelle réserve de savoir et d’expérience. Qu’il peut les utiliser pour améliorer sa vie ! Ce jeune homme appartient à un nouveau type d’homme.

  Il est certes le fruit d’une manipulation humaine, qui sera contestée comme d’habitude par les sentinelles de la morale, mais ils s’y habitueront. Si à tous les jeunes délinquants, nous leur faisons subir un transfert d’une mémoire de qualité. Il n’y aura plus de prisons qui regorgent de malfaiteurs. Celui qui aura légué sa mémoire pour une bonne cause à deux satisfactions. La première c’est de perpétuer une partie de lui-même après sa mort, la deuxième c’est de sauver un autre en améliorant sa vie. C’est l’équivalant d’un don d’organes. Doit-on encore condamner ce geste? Le voir comme immoral? Enlevons ces lunettes qui nous déforment la réalité. Il faut que chacun de nous se libère de l’esclavage et de la dépendance de ceux qui ont envahi nos esprits. Qui nous ont obligés à raisonner comme eux ! Regardez le monde à travers vos yeux, et non à travers celui des autres.

 La monotonie tue le progrès, regardez ce que nous sommes devenus, 6 milliards d’individus qui pensent et réagissent comme une poignée le désire. Nous devons apporter chacun sa pierre pour édifier un monde nouveau, une architecture nouvelle, balayons les idées qui nous empoisonnent la vie et le monde. Dites-leur, qu’un tient vaut mieux que deux tu l’auras.

    Maintenant que nous avons fait le tour de la question, et compris l’importance d’une telle réussite, l’impact inimaginable sur l’avenir

et l’évolution de l’homme. Je crois qu’il n’est pas nécessaire de dire: Mettons ensemble: tous nos efforts, notre savoir, notre volonté et, nos moyens financiers, pour explorer ce terrain vierge et se rendre compte par l’expérience ce qu’il y a au bout de cette théorie, cette aventure humaine. L’effort en vaut la peine.

  On dépense des fortunes pour l’armement pour aller dans l’espace ou simplement pour bâtir des villages de loisir en pleine mer pour le prestige. Regardez une seule fois l’émission < Nec plus ultra> et dites-moi si nous n’avons pas pété les plombs. Des fortunes colossales sont dépensées dans des futilités à vous faire dresser les cheveux sur la tête. On lègue une fortune à un chat, on utilise des jets privés pour aller d’un pays à l’autre passer une soirée de divertissement et payer 50.000 euros pour une bouteille de vin. La liste n’a pas de fin. Au même moment, des milliers de gens meurent faute de soins ou de médicaments. C’est cela qui devrait être combattu par des défendeurs de la morale, et des prêcheurs de la bonne parole. J’ai même entendu une fois un  haut   dignitaire religieux pendant la guerre Israélo- palestinienne lancer un appel en disant:< Épargnez Jérusalem > alors que des centaines de morts tombaient des deux côtés.

   Cette situation montre bien l’état mental des habitants de notre planète, et incite au changement en arrachant le mal au plus profond de ses racines. le débat restera ouvert sur cette perspective laquelle à mon avis mérite d’être approfondit. Une chose est certaine, rien n’arrêtera le progrès, et cela c’est déjà une belle victoire.

 

Remarque:


    De nos jours, d’autres tentatives qui visent le même objectif, c.à.d. trouver un moyen de prolonger la vie, voir même de la rendre éternelle ont lieu. Des laboratoires spécialistes en biotechnologie tournent à plein régime. A qui arrive le premier à un résultat positif ! Des investisseurs privés financent ces recherches à coup de milliards de dollars. L’enjeu est énorme, que ça soit du point de vu évolution de l’homme ou pour le profit matériel que la réussite de ce projet garantie à coup sûr.

    Actuellement on y travaille sans interruption pour augmenter la production de cellules souche embryonnaire. C’est l’occupation prioritaire pour les dix années à venir.

    Certaines institutions ne reculent devant rien pour s’approprier le maximum d’ovocytes humain. Des prélèvements abusifs et non contrôles sur des femmes du tiers monde moyennant quelques dollars. Maigre pécule face aux risques, que ces femmes en cours à chaque fin de cycle. D’autre part nous assistons à un autre comportement non moins négatif que le précédent et cette fois-ci vis à vis de la recherche et de l’application dans le domaine de la biotechnologie, c’est l’opposition farouche à toute manipulation génétique. Cette mentalité conservatrice de certains pays occidentaux est aussi condamnable que la piraterie des ovocytes. Un seul pays semble avoir compris l’importance de l’enjeu à progresser dans cette voie, et avoir fait le bon choix, entre le progrès scientifique, et les barrières dressées à priori par l’éthique et la morale, c’est la Chine. Pendant que le reste du monde tergiverse dans des discussions sans fin pour mettre au point une réglementation sur la marche à suivre ;La Chine avance à une cadence sur, sans faire de bruit. Une attitude digne de la fable de la Fontaine < Le lièvre et la tortue >.

 

                          M.Hermassi

 

 

 

 

 

Précédent