Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

LE TRANSFERT

photos---Copie.jpg 

 

 Polytechnicien, chercheur amateur,  passionné par la recherche scientifique, et les technologies nouvelles. Libre penseur, et croyant aux capacités sans limite de l'homme libéré du carcan conservateur, et  ayant pour seule lanterne: La science. Toujours à recherche du pourquoi des choses. Il n'a pas l'ambition de devenir célèbre, ni de s'enrichir. Il a 68 ans il dit: j'ai bien vécu, mais j'ai toujours soif de savoir.....

  

  

  Ce manuscrit est une théorie futuriste basée sur un esprit, et des données scientifiques, Aujourd'hui c'est de la fiction, qui sait, demain elle sera peut-être réalisable.

 

  

------------------

Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction réservés pour tous pays.

              © 2008  M.Hermassi.

       OTPDA: 2009-01-05-01-01

 

 

  

 

Les hommes se cachent  pour  vieillir

M.Hermassi

 

 

 

 

 

  

A tous ceux qui ne mettent pas de barrières à la recherche scientifique.

 

 

 

 Table des matières

Introduction

Chapitre (1)

Aperçu  sur notre < Passe,  Présent, Future >

Quelques observations importantes

Chapitre (2)

La théorie du transfert

Programme pilote de recherche

L’expérience

Première hypothèse

Deuxième hypothèse

Le Transfert et le monde de demain

 

 

 

Introduction.

 

    Tous, nous tombons un jour ou l’autre malade. Que la maladie soit grave ou bénigne ! Courte ou de longue durée, que la souffrance endurée soit légère ou insupportable, au fond de nous-même nous gardons toujours l’espoir d’en venir à bout. De guérir, de retrouver notre santé, et notre joie de vivre.

   Toutes nos souffrances morales : Un chagrin d’amour, une séparation pénible, la perte d’un ami, de la fortune, tous ces bobos ont un ou plusieurs remèdes : Soit le temps, l’espoir, le combat, la patience……Un seul mal est sans espoir, devant lequel l’homme reste impuissant, est ou chaque jour qui passe nous rapproche de l’issu fatal. Ce mal a un seul nom; la vieillesse. L’ennemi numéro un de l’homme.

    Il faut la vivre pour comprendre et sentir l’effet ravageur qu’elle cause à notre esprit, à

nos sentiments, à nos désirs, bref à nos relations avec le reste du monde. En vieillissant, nous devenons une proie facile aux maladies. Notre corps subit les assauts et l’agressivité du temps, des microbes, nos moyens de défense s'affaiblit. C’est un peu comme le blesse assiégé par une meute de loups qui attendent le bon moment pour passer à l’attaque. Tout nous devient hostile, le regard des autres, et même notre regard sur nous-même. Ce mal rien ne lui résiste ni la bravoure ni la puissance matérielle, encore moins le pouvoir quel qu’il soit. C’est le trou noir absolu.

     La plus grande injustice dans cette situation est que: D’un côté plus le temps passe plus nous devenons des êtres  murs pleins d’expériences, de savoir-vivre, de désirs de vouloir profiter de cette richesse acquise au fil du temps. Face à cette

Métamorphose et pendant ce temps le physique ne cesse de dégringoler, de se faner.

Tout le potentiel pour mener une vie meilleure

ne sert plus à rien. C’est comme si l’on signifiait à un jeune diplôme qu’il n’a pas le droit d’exercer son métier.

    Que l’on ne me dit pas : < Oui mais la vie est ainsi faite >. Je répondrais ceci : < La vie est mal faite> et peu importe qui est derrière tout ça. Comme tout mal, celui-ci doit être combattu avec tout l’arsenal de moyen dont nous disposons. Lâche est celui qui se résigne, lâche est celui qui baisse les bras, en disant que c’est naturel de finir comme un légume. Rien ne justifie cet état d’esprit. Notre patrimoine spirituel ne doit pas disparaître en même temps que le physique ni subir le même sort. C’est ce que je voudrais tenter de prouver par l’expérience que j’ai l’intention de réaliser si l’occasion m’est donnée.

     Au bout de cette expérience il y aura fatalement une découverte qui risque de défier toute imagination et faire écrouler l’édifice de nos croyances les plus profondes. L’homme

 

peut découvrir des horizons nouveaux, et une

multitude d’avantages dont il ne soupçonnait      même pas l’existence. Il ne faut pas trop s’étonner cela fait partie de l’évolution de l’homme.

 

 

*****

  

 

Chapitre 1

 

    Quand il vous arrive d’être confronter à un événement insolite, votre première réaction est linéaire ; C.à.d. vous ressentez un vide, et votre pensée s’arrête : C’est l’effet de la surprise, on se fige. Ensuite on commence à réagir. On se pose des questions telles que : < Est-ce possible ? > Ou < C’est incroyable. > Après, suivant la situation on raconte l’événement à son entourage ou on garde le silence. L’événement que j’ai vécu, il y a 5 ans, appartient à ceux dont on a peur de dévoiler le contenu. Pire encore chaque jour qui passe m’incite à la prudence de ne rien dévoiler, et je m’en félicite d’avoir pu me contenir à garder le secret jusqu’à aujourd’hui. Au début certaines choses étaient confuses et je ne pouvais pas évaluer l’importance du message. C’est seulement avec le temps et après 5 ans de réflexion et de recherche que j’ai pu constater l’étendu de la portée de cette histoire. Au départ j’avais un vrac de pièces d’un grand puzzle en face de moi. Il m’a fallu beaucoup de patience et de temps pour reconstituer l’image et décrypter la signification. Le résultat est effarant tellement le bon et le mauvais s’enchevêtrent et sont intimement liés. Bien que je ne sois pas émotif l’idée d’une telle expérience me glace le sang et me donne le vertige. Pourtant tôt ou tard on y recourra. Cela fait partie du courant de l’évolution des êtres et des choses. L’histoire nous a appris que souvent les catastrophes et les guerres bien qu’elles soient meurtrières, ont un côté positif et contribuent à faire avancer le progrès. Alors disant que  c’est le prix à payer, et acceptant le sacrifice. D’habitude quand il y a 2 nouvelles à annoncer l’une bonne l’autre mauvaise, nous commençons par la moins bonne, c’est le cas pour notre histoire. Si elle se réalise, est que la nouvelle se répand. L’impact sur les esprits sera tellement fort, qu’il déclenchera un mouvement capable d’engendrer un débordement meurtrier sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Dans le cas contraire si les résultats restent secrets, ceux qui les détiennent auront entre les mains une arme redoutable capable de provoquer un déséquilibre phénoménal dans les rapports de force et, aiguiseront certaines ambitions. Nous ne sommes pas encore là, n’anticipons pas trop. En attendant la prudence est de mise. Revenant à notre histoire, pour cela remontant 5 ans en arrière et refaisant ensemble le parcourt. Tout a commencé par un rêve insolite que j’ai fait à cette époque. Il se résume en ceci: Je rentrais dans une salle de bain, je passais devant le miroir d’un lavabo,  et je m’arrête net. L’image que renvoyait ce miroir me coupe le souffle, tellement l’émotion était grande. Cette image qui devait normalement être la mienne eh bien! Elle ne l’était pas! Pourtant c’est moi qui se tenais devant ce miroir et personne d’autre. Le miroir me renvoyait tous mes gestes et grimasses.

Il n’y avait pas de doute c’était moi avec une autre tête un autre physique; celui-ci était nettement plus jeune, plus beau que le mien. Sortant de ma stupeur et de mon étonnement, je me suis calme, j’étais même content de ce changement. Je me suis fait la réflexion: < Après tout je suis plus jeune et plus beau qu’avant. > Puis, je me suis réveillé. Inutile de dire que ce rêve m’a préoccupe quelque temps, avant de s'estomper dans les méandres de ma mémoire. Ce rêve était-il un signe prémonitoire ou simple résultat d’une émotion quelconque. Je connais mal ce domaine, et je ne puis lui donner une interprétation juste.

Récemment alors que j’étais une fois de plus plonge dans mes réflexions; évoquant les pas géants du progrès, dans tous les domaines, que je me suis rappelle une fois de plus mon rêve; c’était comme un flashe, une intrusion dans mes pensées. Les choses les plus inconcevables il y a quelques décennies nous

paraissent aujourd’hui presque banales. Au rythme de ce défile des découvertes que fait la science, nous nous demandons de quoi sera fait notre monde dans un avenir ne dépassant pas une ou deux générations. Je pense au monde du numérique, à ces mini-ordinateurs ultra performants, à l’intelligence artificielle, à la recherche de la formule unique etc. Sans oublier ces sondes spatiales capables de voyager à des milliards de km de la terre de cibler un objectif, de prélever, analyser des échantillons et de nous communiquer les résultats. A l’oppose des explorations extra-terrestres; il y a l’exploration du monde de     l’infiniment petit; je pense aux prouesses de la nanotechnologie, capable de réaliser des circuits dont les dimensions sont réduites à moins de 50 nanomètres. Ces circuits sont en mesure d’effectuer des missions dans toutes les parties du corps. Les frontières de l’impossible sont repoussées chaque jour un peu plus. Nous fouillons dans l’intimité de la matière nous modifions sa structure, nous la poussons à nous révéler ses secrets.

    Avant d’aller plus loin et de révéler mes intentions; il est nécessaire de prévenir le lecteur que ce qui va suivre défend la science et ses applications sans restriction. Ce qui risque de déplaire aux fanatiques de l’éthique et de la morale.

    Ensemble nous devons veiller aux dérapages aux utilisations, à des fins malhonnêtes ou criminelles. En même temps nous devons limiter les interdictions qu’utilisent les conservateurs chaque fois qu’il y a une modification génétique. Il n’y a pas de domaine intouchable. Le monde appartient à tout le monde; il faut respecter la différence et tenir compte des opinions des autres. Les institutions religieuses ont toujours voulu imposer leur ligne de conduite à tout le monde. The game is over!

        Le progrès suit et suivra son cours comme la nuit succédera au jour; vouloir l’arrêter c’est comme si on voulait arrêter un train en posant des brindilles sur son passage. Qui croit encore au père Noël ? A Adam et Ève et leur histoire? Allez raconter à un gamin de 5 ans, que le Christ a pu nourrir 5000 fidèles avec seulement 5 pains, et deux poissons. (D’après saint Mathieu X lu 13- 21). Il vous rira au nez. Le jour n’est pas loin où l’on reléguera les restes de ces Institutions au musée de l’histoire de l’homme. On verra des visiteurs l’air un peu attendri devant ces vestiges venus de tous les coins du monde, témoin d’une  époque où les gens croyaient fermement au paradis éternel; A un Dieu plein de compassions. Bref, il n’y a pas trente solutions. Soit vous restez à genoux, vous continuez à prier le Seigneur pour rentrer au paradis; Ou vous devenez réaliste vous brisez vos chaînes, vous vous levez et participer à la construction d’un monde nouveau. Soyez les artisans de votre avenir, de votre destin. Le monde est en pleine évolution, ce n’est pas en priant que l’on accomplisse les miracles, les miracles cela se fabrique, par la recherche, la persévérance et le bon sens.

Aujourd’hui l’espérance de vie a progressé de 40 ans, demain on pourra vivre peut être au-delà de 100 ans, qui sait plus tard elle sera aussi longue que l’on veut. Tout ceci est grâce aux prouesses de la science. Alors libérant la science de ce carcan moraliste, qui nous rappelle les ceintures de chasteté infligées aux femmes du moyen âge. Regardant autour de nous est-il juste qu’au XXI siècles nous continuions de regarder passivement des handicapes atteints de malformations génétiques ou autres maladies soit disant incurables, alors qu’en utilisant une thérapie par les cellules souche, nous pouvons leur venir en aide, voir même les guérir.

   On se dresse contre le clonage thérapeutique, sous prétexte que l’on touche au statut de l’embryon; un embryon de 5 jours à un statut; Mais un être qui est né, à un nom une identité, est clouée à une chaise roulante. Il se voit condamne à finir ses jours tristement alors que l’embryon de 5 jours pourrait lui venir en aide. Est-ce un crime que d’arrêter l’évolution de cet embryon pour guérir un malade? Oui disent les moralistes. Ces mêmes gardiens de la bonne conscience n’hésitent pas à fabriquer et utiliser des armes de destruction massive. Ils créent des lois pour légitimer la torture, la prostitution etc.…Dans leurs laboratoires clandestins se joue des scénarios des plus immorales. Certaines institutions religieuses ont mis une éternité à reconnaître l’importance de l’utilisation du préservatif comme moyen de protection contre le V.I.H. Il a fallu que ce fléau tue des dizaines de millions.   

Que des dizaines d’autres millions sont contamines, parmi eux des millions qui attendent dans le couloir de la mort. Depuis 1983 ce virus tue impunément et c’est seulement en 2006 que les hautes autorités religieuses daignent le reconnaître et lui accorder la place qu’il mérite. Tout ça parce que ce petit truc dérange les principes de leur vision des choses, il fait partie des contraceptifs. Comme si les milliards d’individus qui vivent avec moins d’un dollar par jour ne suffit pas pour tirer l’alarme ! Comprendre enfin que le meilleur moyen de régler ce problème n’est pas une main Divine, mais bel et bien une main d’homme. Que l’homme doit prendre à 100% son destin en main, seul moyen pour créer un équilibre vital, et des conditions de vie descentes pour chacun. Un de ces moyens qui contribue à ce redressement de la situation est monsieur Préservatif. Ce moyen coûte le moins cher à la communauté internationale.

    Il peut être mis gratuitement à la disposition des gens vivants dans les milieux à haut risque. En plus de son rôle de protection efficace contre le V.I.H, il limite la prolifération anarchique des naissances dans les milieux pauvres. Quel est le plus dangereux des deux: Un préservatif ou un virus V.I.H? Alors arrêtant ce cirque. < The comedy is over>.

    Ayant choisi ma position et montre de quelle côté de la barrière je suis, si vous êtes toujours curieux de savoir où je veux en venir, alors suivez le guide.

 

 

APERÇU ANALYTIQUE SUR

NOTRE: < PASSE, PRESENT, FUTURE>.

 

    De toutes les fonctions du cerveau, la mémoire est la seule faculté qui caractérise une personne, et le différencie des autres. Il n y a pas deux vécus semblables. Le vécu ou la mémoire, va plus loin il influence le schéma du contrôle des fonctions de l’organisme et du raisonnement pour les décisions à prendre. L’étude qui va suivre repose essentiellement sur le < MOI > personnel, ce patrimoine unique à chaque individu. C’est pour cette raison qu’il est logique que nos recherches s’orientent vers les mémoires.

    Notre présent et notre future ont un lien direct avec notre passe. Toutes les décisions que nous prenons concernent le présent ou le future sont influencée par notre vécu; Néanmoins une petite précision s’impose: Le passe influence nos décisions mais il ne rentre pas dans les détails du déroulement des évènements; Ces détails sont dictés par des imprévus qui jalonnent le parcourt.

    Ex: j’ai décidé d’aller le weekend prochain faire du ski.

    Ma décision repose sur des réflexions, tels que: Mon emploi du temps, ma situation financière, ma vie familiale etc. ... Toutes ces considérations sont tributaires du passe. Je pars, et au cours d’une descente je tombe et me fracture le poignet; Cet accident appartient aux imprévus, il n’a aucun lien avec le passe. Par contre lui en fera partie après qu’il y est lieu.

    L’homme crée sa vie au fur et mesure qu’il avance, en s’appuyant sur son passe, Il trace son chemin d’une façon qui lui est propre. Ces tracées nous différencient des autres, c’est notre expérience personnelle notre vécu, notre mémoire.

   Voyant le cas où une personne à perdue accidentellement sa mémoire d’une façon irréversible; Comment se comporterait-elle vis à vis d’une décision à prendre? Pas de passe, pas de référence, pas de décision. Résumé son passe s’est efface ainsi que ses repères. Son comportement devient semblable à un enfant en bas âge.

    Il doit réapprendre tout. Perdre son identité ne veut pas dire que l’on perd son physique, seulement ce physique devient anonyme pour lui-même. Il peut aussi se refaire une nouvelle identité à condition que ses facultés de mémorisations reprennent l’enregistrement. On se pose alors la question suivante: Le même physique ayant deux identités différentes; L’une avant l’accident, l’autre après, sont-elles considéré comme deux personnes à part entière? Ou bien une seule personne? Une seule constatation logique: La destruction d’une mémoire, d’une identité, ne détruit pas pour autant le physique.

Même en cas de non-retour des facultés cérébrales, ce qui arrive durant le coma dépasse. L’activité cérébrale s’arrête, plus aucune activité électrique n’est détectable, un E.E.G plat. Par contre, le physique peut être maintenu en survie pendant des mois voire des années. Le physique survit au psychique auquel il était lié; L’inverse n’est pas vrai, la destruction du physique détruit le <MOI> du moins jusqu’à nos jours et preuve du contraire. L’expérience que je propose si elle a lieu nous donnera la réponse exacte, et lèvera le voile sur ce mystère.

 

 

 

QUELQUES OBSERVATIONS IMPORTANTES.

 

    L’observation est la plus vieille des écoles, nous avons fait beaucoup de chemins grâce à elle. Une succession de raisonnements simples bases sur l’observation nous conduit à d’importantes informations. Cette technique est accessible à tout le monde. L’acheminement du raisonnement qui va suivre en est un exemple. Une série d’informations mises bout à bout constituera le fil d’Ariane qui nous guidera au but désire. C’est une méthode qu’emploient aussi la cybernétique et les sciences cognitives.

   Notre sujet de préoccupation étant l’homme: Son physique, et son psychique, alors observant-les attentivement.Nos connaissances les plus élémentaires sur le corps humain,nous permettent de constater que celui-ci est un ensemble d’organes qui fonctionne à circuit fermé. Chaque organe a un rôle propre nécessaire à la survie de l’ensemble. L’organe le plus complexe qui assure toutes les commandes, la coordination, et la gestion de l’ensemble est le cerveau.    

    Nous connaissons le schéma du fonctionnement du cerveau. Le cerveau, peut être divisé en multiples régions appelées aires. Chacune a une fonction spécifique. On distingue les aires, de la sensibilité corporelle, de la vision, de l’audition, du goût, de l’olfaction, de la parole, etc. Des observations cliniques et des résultats des techniques modernes ont permis de localiser: Des aires sensitives, spécialisées dans la réception et le traitement des messages provenant des récepteurs sensoriels (l’œil, la langue, etc.) Des aires motrices, qui élaborent et envoient les ordres nerveux commandant les mouvements volontaires.  Quand un message nerveux parvient au cerveau, il y a interprétation, au niveau des aires sensitives qui, inter connectées < dialoguent> entre elles et intègre des informations mises en mémoire dans d’autres parties du cerveau. Si le cerveau le< juge nécessaire>, un nouveau message nerveux provenant des aires motrices va, par l’intermédiaire des nerfs moteurs, permettre la réaction des organes. Encore une fois nous voyons dans ce schéma le rôle incontournable des mémoires, lesquelles sont des facteurs déterminants de l’identité de chaque individu. La mémoire est le siège des références. 

    L’information véhiculée par nos cinq sens à travers l’aire sensitive vers le cerveau restera sans réponse si les compartiments mémoire sont endommages. C’est le cas d’un individu atteint d’une amnésie globale. Quand l’ensemble de ces organes fonctionne bien, on est en bonne santé.

      Nos organes ont une durée de vie limitée; Ils s’usent avec le temps, et le service rendu. Leur dure de vie dépend de plusieurs facteurs: A savoir celui de l’hérédité, de la condition de vie de l’individu, de son environnement et enfin de certains accidents. Tous ces organes sont inter connectés les uns avec les autres; La défaillance de l’un d’eux sans intervention rapide extérieure, peut entraîner une perte irréversible de l’ensemble.

     Tout ce qui est matière est en permanente transformation. C’est ainsi que nous sommes nous-même voue à se transformer un jour. Nous appelons-nous les vivants ce stade < la mort> Cette petite révision simple sur le corps humain était nécessaire pour enchaîner sur des choses plus complexes, plus abstraites. Si nous savons ce que devient notre corps après la mort, nous continuons d’ignorer ce que devient une partie de nous-même qui n’est pas matière; Je veux considérer par-là notre patrimoine psychique, notre mental. Les uns pensent que c’est l’âme et elle quitte le corps pour regagner le ciel; D’autres croient qu’avec la mort tout est fini. De nouveau il y a divergence et incertitude.

    C’est en quittant les sentiers battus. En brisant le cercle vicieux qui nous ramène sans cesse au même point. J’ai pu me libérer et acquérir le courage de faire face aux questions délicates et interdites. Je salue auparavant tous ceux qui nous ont montré le chemin et eu le courage de le faire; Grâce à leur effort des miracles s’accomplissent tous les jours. Hier on a clone une brebis, des veaux …Qui sait demain on sera capable de faire naître un petit mammouth dont les parents sont morts, il y a vingt mille ans. C’est en pensant à tout ce ballet de miracles que l’esprit et la main de l’homme libéré ont réalisés, que rejaillissent de nouveau dans mon esprit les images de mon rêve. Y- a-t-il une relation quelconque avec tout ce que je viens d’évoquer? C’est alors qu’est née dans mon esprit une idée qui s’est développé, et a donné naissance à une théorie.

     Le sujet que j’ai choisi n’est pas nouveau. Des milliers d’autres avant moi s’en sont préoccupés ; Il a fait l’objet de plusieurs recherches; Malheureusement son mystère est encore entier, impressionnant, plein de défit.

     Je me suis dit avec toute modestie que tout à un commencement et une fin. Mes prédécesseurs ont essayé, peu importe le résultat, ils ont le mérite d’avoir osé. Alors ne baissant pas les bras et prenant la relève. Je voudrai être un maillon de la chaîne qui finira un jour par déplacer cet obstacle. Depuis ce jour-là j’ai adhère à mon idée et j’ai développé ma théorie qui mènera à une expérience décisive.

    Si cette expérience devenait possible, elle résoudra l’énigme et changera totalement notre vision des choses. Le plus surprenant dans cette histoire est que la réalisation de cette expérience me paraît possible dans un avenir relativement court.

    Quelques recherches dans deux domaines précis sont nécessaires pour trouver l’inconnu qui nous manque, afin de rendre cette expérience réalisable. Pour cela il faut disposer de gros moyens financiers, et d’une équipe de scientifiques motivées, le reste ne sera qu’une question de temps.

Suivant