Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Harry péteur

Le livre Harry péteur Acheter Harry péteur





Voici un extrait :

Introduction

Harry péteur, est un romain littéraire, qui raconte l’histoire d’un jeune gamin de 8 ans, appartenant à une famille des quartiers pauvres .Vivant de se qu’il trie des décharges publics.  Ses parents sont alcooliques.  Il n’a jamais été à l’école.  On le rencontre souvent, fouillant dans les poubelles des gens riches.  C’est là que commence un jour son histoire.  Une aventure extraordinaire, qui le projettera devant la scène des intrigues, d’une société assoiffée par l’argent et le pouvoir.  Happé par cette machine impitoyable, lui qui n’a que ce que la nature lui a donné pour faire face : Son innocence, sa pureté, son amour pour une jeune fille de son âge, et de son milieu, en plus d’un pouvoir qu’il a obtenu accidentellement.  Vous découvrirez son itinéraire riche en rebondissements. Le rêve de ces deux gamins, c’est un peu le rêve de chacun de nous.

 

Première partie

Tout a commence un beau jour, comme d’habitude Harry fait la tournée des poubelles dans le quartier chique de Belvédère city.  Il est 6 heures du matin, Harry sait bien qu’à 7h30 le camion ramasseur des ordures passe dans le coin, alors mieux vaut être avant lui qu’après.  Certes il n’est pas le premier sur les lieux, mais les chats ne sont pas ses concurrents.  Harry son sac skaï en bandoulière, il était à sa troisième poubelle, quand il tombe sur un sachet plein de dragées multicolores.

--- Quel gaspillage ces enfants de put !

Ne sachant pas lire, et se fiant à son pif, il suce une des pastilles, et la trouve d’un goût délicieux.  Il vide le contenu dans sa poche, et continu sa tournée en sifflotant.  Machinalement il s’envois une pastille de temps en temps.

La journée passe allègrement, il revient à la maison avec quelques babioles, dont une poupée style Barbie qu’il offre à sa petite sœur Marielle âgée de cinq ans.

Le même soir, Harry éprouve des douleurs à l’estomac, suivi de ballonnement, émission de gaz, et d’une diarrhée de tous les diables. 

A l’heure du souper, il est vraiment mal en point.  Il refuse de manger, et se retire pour dormir.  Toute la nuit un ballet de va et vient, entre sa couchette et le W.C n’en finit pas.  Ce manège ne passe pas inaperçu, et au petit déjeuner sa mère lui demande ce qu’il a. Réponse bâclée.

--- Rien de grave, j’ai un peu la diarrhée, c’est tout.

--- Tu as encore mangé des fruits pas murs, ou pas lavés.  Tiens regarde tes ongles, ils sont dégueulasse.

Harry pour toute réponse, se lève et quitte la maison.  Seul moyen pour éviter d’être emmerdé.  Pour ne pas encore subir d’autres questions, il décide de passer la journée au bord du lac, dans la cabane du vieux pêcheur. Chemin faisant il est souvent assailli par sa diarrhée.  Son estomac s’est vidé, seul des spasmes et des Jets de gaz persistent.

--- C’est toujours mieux que de baisser ses frocs toutes les cinq minutes.

Sa marche devient pénible, il se sent vidé, vu qu’il n’a rien mangé depuis la veille.  Il décide de marquer une pause, choisi un endroit bien ombragé sous un arbre, et s’allonge sur le dos.  Vite il s’assoupi.

Un bruit bizarre le réveille en sursaut, une odeur nauséabonde stagne autour de lui, il comprend vite qu’il était lui même à l’origine de cette irruption.

--- Et merde, heureusement que personne n’est là pour se foutre de ma gueule !

Il prend même un plaisir à distribuer les pets suivants à des personnes qu’il déteste.

--- Celle-ci pour monsieur le curé, celle-là pour Oncle Henri, et encore une pour tante Odile face de hibou !

Vers midi, il sent le pincement de la faim, il s’en va cueillir quelques murs sauvages, qu’il croque avec délice, et peu importe les conséquences.  Il n’eu pas de diarrhée, par contre l’émission des gaz prend une cadence effrayante.  Cela devient gênant se dit-il, comment ferai-je en présence des gens ?  Une idée lui vient : Je dois m’exercer à péter sans faire de bruit !  Apres plusieurs essais, il constate que ce n’est pas efficace à tous les coups.  Certains pets restent rebelles à son traitement.  Sans se décourager, il passe toute la journée à s’exercer, sans succès.  Il se résout à passer la nuit dans le vieux refuge, se disant que peut être d’ici demain les choses iront mieux.  Toute la nuit la situation est restée inchangée.  Le matin ayant mal dormi, il se dirige vers le ruisseau, et fait une toilette sommaire.  De nouveau il sent la faim l’envahir,il revient vers la cabane, la fouille et trouve quelques allumettes traînant dans une boite.  Vite il se confectionne une ligne de pêche avec une branche, un fil, et un vieux clou comme hameçon.  Il cherche, et trouve sous l’écorce d’un arbre quelques verres.  Content de son œuvre, il se jette un sifflement d’admiration, et envoi sa ligne dans le ruisseau.  Il ne du pas attendre longtemps, il sentit une résistance au bout de sa ligne, et retire une belle truite.  La truite grillée était succulente même sans assaisonnement.  Apres ce repas d’appoint son concert d’émission de gaz reprend, il donne libre court sans se gêner.  Etendu sur le dos, il réfléchi à la suite de la conduite à adopter.  Il décide qu’en aucun cas il ne retournerait à  la maison, tant qu’il n’est pas entièrement guéri.  Mais que ferai-je, si cette situation se révèle permanente ?  Plusieurs solutions sont envisageables, mais aucune n’est vraiment satisfaisante.  Vivre tout le temps seul n’est pas chose facile ; ignorer les remarques désagréables des gens et leurs moqueries, finirait par me taper sur le système, c’est un vrais casse tète chinois. La solution se trouve peut être à la maison.  Sur cette note optimiste, Harry reprend le chemin du retour.  En cours de route il constate hélas que son état s’est aggravé.  La diarrhée c’est arrêtée par contre le Reste…!  Il se compare à un putois.  et se dit, il faut mieux se chercher une colonie de putois et s’installer avec eux, et puis merde, merde, merde.

      Sa mère était entrain de rincer le linge, et Marielle jouait avec sa poupée quand Harry entre.

--- Tien voila Harry maman !

--- Tu as belle mine tiens !  Ou es-tu passé ?  Petit vaurien, on t’a cherché partout, regarde moi ça !

--- Maman laisse le tranquille, et puis ce n’est pas vraie, personne ne l’a cherché, même que Papa a dit : bon débarras, qu’il aille péter ailleurs !

--- Petite vermine, toi tu ne perds rien pour attendre !

Marielle se sentant menacée, fait quelques pas vers son frère.  Harry ne bronche pas.  Il file directement vers l’étagère à linge, prend de quoi se changer, quitte la maison, se remplit un seau d’eau, et se lave près du poulailler. Il met le linge propre, et abandonne les autres sur place.

Sa mère insiste pour essayer de lui venir en aide, en lui proposant différents remèdes à base d’infusion de plantes, mais Harry reste étanche à toute tentative d’aide.  Des réponses courtes et évasives découragent sa mère qui l’abandonne à son sort.  Les jours passent sans aucune amélioration.  Harry n’a plus de diarrhée, mais les émissions de gaz persistent.  Il évite autant que possible les contacts, et se renferme dans sa coquille.  Il remarque que même sa famille mise à part sa sœur, commence à se lasser de son état, et lui témoigne une certaine distance.  Il passe une grande partie de son temps dans la cabane du pêcheur, où il trouve une certaine tranquillité.  Il flâne dans les environs, et s’adonne à la pèche aux truites...en savoir plus


                                                             





Acheter Harry péteur © M.HERMASSI.