Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Washington enquête sur la livraison d'armes chimiques à Kadhafi par l'Iran

Publié le par M.Hermassi

Stock de munitions dans le désert libyen, à une centaine de kilomètres au sud de Syrte.

Les services de renseignement américains enquêtent sur de possibles livraisons par l'Iran, il y a plusieurs années, d'obus chimiques à la Libye du colonelMouammar Kadhafi, rapporte le Washington Post. "Nous sommes quasiment sûrs"que ces obus ont été produits en Iran, affirme au journal un haut responsable états-unien.

Les stocks libyens de gaz moutarde et de produits entrant dans la composition d'armes chimiques sont intacts et n'ont pas été volés pendant l'insurrection qui a conduit à la chute et à la mort de Mouammar Kadhafi, indiquait, début novembre, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). L'organisation, basée à La Haye, a ajouté que la destruction de ces stocks, examinés par des inspecteurs internationaux dans le dépôt de Rouwagha, dans le sud-est de la Libye, reprendrait dès que possible.

Les nouvelles autorités libyennes ont fait part le 1er novembre à l'OIAC de la découverte d'autres stocks qui pourraient également servir à la mise au point d'armes chimiques. Le régime du colonel Mouammar Kadhafi avait rejoint en 2004 l'OIAC mais devait encore éliminer 11,5 tonnes de gaz moutarde, soit 45 % de son stock initial, lorsque la rébellion s'est déclenchée, en février. Le Canada, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont offert leur assistance technique à Tripoli pour la destruction de ces armes, dont l'existence, ainsi que celle d'agents chimiques, avait fait craindre qu'elles ne tombent entre les mains de militants islamistes pendant la guerre civile de ces derniers mois.

ACCUSATIONS SUR FOND DE TENSIONS SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN

Ces accusations surviennent sur fond de tensions entre Washington et Téhéran quant à la nature du programme nucléaire iranien. Le conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a adopté vendredi 18 novembre une résolution appelant à une plus grande coopération de l'Iran dans ce domaine. Les grandes puissances se sont accordées sur une résolution exprimant "une profonde et croissante préoccupation" sur le programme nucléaire de Téhéran, mais sans lui fixer d'échéance pour éclaircir les points en suspens exprimés dans un récent rapport très critique de l'agence. Son directeur général, Yukiya Amano, avait publié un catalogue d'éléments "crédibles" indiquant que l'Iran avait travaillé à la mise au point d'une arme nucléaire, ce que Téhéran dément.

LeMonde.fr

 

Commenter cet article