Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un test de paternité précoce contre l'infidélité

Publié le par M.Hermassi

En vente sur le Web, il permet d'identifier le géniteur dès la 9e semaine de grossesse. 

Depuis quelques semaines, un père peut savoir s'il est le géniteur de l'enfant à venir dès la 9e semaine de grossesse de la mère. Sans amniocentèse ou prélèvement dit «invasif», mais sur simple prise de sang par n'importe quelle infirmière ou généraliste. Sans nécessité d'un recours judiciaire, comme la loi française l'exige pourtant, simplement via le Web. Un pas sans précédent puisque si les tests de paternité, en général postnataux, existaient déjà sur la Toile, ils n'étaient pas possibles si précocement ni si facilement. Un pas qui favorise aussi le recours plus fréquent à l'avortement.

Avec ce délai record, repoussé par le laboratoire anglais EasyDNA, c'est bien une course contre la montre qui s'est engagée dans le pistage génétique, non plus à des fins médicales mais commerciales. L'objet du business? L'infidélité. Et son lot de problèmes identitaires, d'enjeux financiers : pensions alimentaires, partage et successions… Un marché juteux qui rapporte des millions d'euros aux dizaines de laboratoires privés qui, plus ou moins montés en hâte, se partagent aujourd'hui le gâteau.

À en croire plusieurs études, les enfants nés d'adultère seraient nombreux. Alors que la revue scientifique The Lancet a révélé qu'un sur 30 n'était pas de son père déclaré, une enquête menée en Europe du Nord en 2005 a montré que 10 à 24% ne l'étaient pas. Rien d'étonnant à en juger l'explosion des relations extraconjugales, désormais institutionnalisées par des sites de rencontres dédiés. Gleeden.com, le spécialiste du genre, compte déjà plus d'un million de membres depuis sa création il y a deux ans…

1.200 euros le test 

Pour obtenir la réponse à leur doute, ces parents n'hésitent pas à mettre la main au portefeuille. De 200 à 600 euros le test, 1.200 euros pour la dernière trouvaille d'EasyDNA. Leur illégalité en France n'arrête pas les acheteurs. La loi du 7 août 2004 n'autorise ces analyses que dans le cadre de mesures d'enquête ou d'instruction lors d'une procédure judiciaire. Dans ce cas, le consentement de l'intéressé doit être préalablement et expressément recueilli.

Malgré le risque de se voir confisquer leur envoi par les douanes et condamner à un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende, 20.000 Français par an y auraient recours. Cette estimation, fondée sur les chiffres de vente des laboratoires les plus importants, serait bien en deçà de la réalité. Un scientifique de l'un d'entre eux avance plutôt 40.000. Pour elle seule, la société suisse Gentest reconnaît réaliser 70% de son chiffre d'affaires «grâce à la clientèle française», souligne Joëlle Apter, Managing Director du groupe.

Laurence, comptable à Rennes, a acheté l'un de ces tests sur un site belge. «Mon mari était trop jaloux, il ne voulait pas croire en ma fidélité et remettait en cause l'origine de nos deux enfants, explique-t-elle. Pour sauver notre couple, j'ai acheté un test que nous avons tous fait et tout est rentré dans l'ordre!»

C'est le divorce qui, pour Martial, a été le déclencheur. Bien décidé à ne pas verser indûment une pension alimentaire à ce fils qui ne lui ressemblait pas, ce chef d'entreprise du BTP est allé chercher des preuves. «Je voulais savoir si j'allais payer pour l'avenir de mon fils ou pour celui d'un étranger, et bien m'en a pris! Ce n'était pas le mien.»

«Marketés» comme des produits de grande consommation, ces tests vendus en kit ou en pack ne lésinent pas sur le teasing. «La preuve que vous attendiez», vante l'un, «mettez un terme à vos doutes», dit l'autre, «Prélèvement discret » et «réponse en 5 jours», assurent de énièmes concurrents. C'est précisément l'offre et son «hyperaccessibilité» qui crée la demande, analyse le psychosociologue Yves Maingot. «Plein de couples n'y auraient pas songé sans cela.» Mieux encore: tout infidèle ne produisant pas nécessairement de descendance, le marché se diversifie aujourd'hui avec des «tests d'infidélité», chargés d'apporter la preuve biologique de la tromperie supposée…

Cette commercialisation interpelle Patrick Gaudray, généticien au CNRS et membre du Comité consultatif national d'éthique. «C'est scientifiquement, socialement et éthiquement alarmant, s'inquiète-t-il. Et cela pose la vraie question de fond à laquelle la société devra bien un jour répondre: la parentalité n'est-elle qu'une affaire de filiation biologique ? Quid de la filiation sociale, affective?»

LeFigaro.fr

Commenter cet article