Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Russie : un pilote de ligne positif au cannabis

Publié le par M.Hermassi

On n’est plus à l’abri nulle part !!

M.H

 

********

Rétrospectivement, la nouvelle n'aura pas de quoi rassurer les réfractaires aux voyages dans les airs. Des traces de cannabis ont été détectées dans le sang d'un commandant de bord et d'une hôtesse d'un avion des lignes intérieures russes qui s'apprêtait à décoller de Magadan (Extrême-Orient) avec 192 passagers pour rallier Moscou à 7 000 kilomètres de là. 

Des traces de cannabis ont été détectées dans le sang d'un commandant de bord et d'une hôtesse d'un avion des lignes intérieures russes qui s'apprêtait à décoller de Magadan (Extrême-Orient) avec 192 passagers pour rallier Moscou à 7 000 kilomètres de là.

Des traces de cannabis ont été détectées dans le sang d'un commandant de bord et d'une hôtesse d'un avion des lignes intérieures russes qui s'apprêtait à décoller de Magadan (Extrême-Orient) avec 192 passagers pour rallier Moscou à 7 000 kilomètres de là. | Johan Nilsson

L'incident a eu lieu le 21 octobre mais n'a été révélé qu'aujourd'hui par l'Agence fédérale des transports aériens (Rosaviatsia). «Un pouls accéléré et une tension sanguine élevée chez le commandant, chez son deuxième pilote et une hôtesse de l'air ont alors suscité les soupçons des médecins» qui ont demandé le remplacement de l'équipe, selon Alexandre Bougakov le directeur du département Nord-Est de Rosaviatsia cité par le site d'information NEWSru.com. Et les résultats des analyses ont confirmé les soupçons, à l'exception du deuxième pilote.

Le résultat de l'expertise a montré mardi des traces de cannabis dans le sang du commandant de l'appareil et de l'hôtesse de l'air. Le sang du deuxième pilote n'en contenait pas, selon cette source.

Après une série de catastrophes aériennes cette année les autorités russes ont même envisagé d'équiper d'alcootests les cabines des avions de ligne, indiquait fin octobre la presse russe.

LeParisien.fr 

 leParisien.fr

Commenter cet article