Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MAUVAISE NOUVELLE: LA TÉLÉPORTATION EST IMPOSSIBLE À PRATIQUER

Publié le par M.Hermassi

 

Ce ne serait pas génial de pouvoir de se «dématérialiser» et d’arriver presque instantanément dans un autre endroit? La technologie de la téléportation devrait pouvoir résoudre un nombre énorme de problèmes.

Mais bien que le défi technologique de transformer un être humain en information pure, et ensuite d’utiliser cette information pour reformer la personne, soit en lui-même intimidant, un article de 2012 du Journal of Special Physics Topics affirme que ce n’est que la surface du problème.

publicité

Selon D. Roberts, J. Nelms, D. Starkey, et S. Thomas, les contraintes liées à la bande passante et à la densité de l’information d’un être humain moyen font que se téléporter de la surface de la Terre vers une station spatiale en orbite géostationnaire juste au-dessus de nous prendrait un temps étonnamment  long.

Il y a 6x109 bits de données dans un génome humain, et dans la mesure où les cellules humaines sont essentiellement diploïdes, cela signifie 1,2x1010 bits par cellule. Les données contenues dans une cellule devraient suffire pour reconstruire une personne, mais il y a aussi la question du cerveau:

«Reconstruire mentalement une personne n’est pas simple, dans la mesure où le transfert de toutes les informations du cerveau du voyageur est nécessaire. Le théorème de la limite de Bekenstein prévoit le calcul de la quantité maximale de données pour recréer le cerveau humain au niveau quantique. La valeur donnée est d’environ 2.6x1042b. Malheureusement des erreurs peuvent se produire lors de l’envoi des données à cause d’interférences sonores. Lors de la reformation d’un humain, une erreur dans les données pourrait potentiellement avoir des conséquences mortelles, aussi la prévention des erreurs doit-elle être prise au sérieux. L’hypothèse de cet article est que l’effort minimal pour prévenir une erreur fatale est l’utilisation d’un code de Hamming (7,4), ce qui amène la quantité totale de données à 4,55x1042b.»

Il s’agit d’une tonne de données. Même avec des bandes supra-hautes fréquences, en utilisant la modulation par déplacement de phase en quadrature, déplacer toutes ces données jusqu’à la station spatiale prendrait «environ 4,5x1015 ans».

Le transport traditionnel par des moyens physiques, comme une fusée ou une navette spatiale, reste clairement plus efficace.

L’énergie nécessaire pour une téléportation se révèle aussi intimidante, quelque chose de l’ordre d’un «transmetteur de 1.600 W = 5,76 W/h». Tout ça pour dire que cette tâche plutôt intimidante qui consiste à dématérialiser et rematérialiser un objet complexe n’est que le début d’une suite de défis à relever pour atteindre la téléportation humaine. Le vrai problème, c’est la bande passante.

La bonne nouvelle, c’est que le très haut niveau de données nécessaire est dû au besoin de reconstruire le cerveau humain au niveau quantique. Pour téléporter un objet qui n’est pas un être humain –une chaise, une plante verte ou un poisson– il est possible que l’on soit moins tatillon sur cet aspect particulier du problème et que la téléportation soit plus faisable.  

 

Matthew Yglesias

Slate.fr

Commenter cet article