Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les cupcakes seraient une drogue aussi dure que la cocaïne

Publié le par M.Hermassi

Les cupcakes seraient une drogue aussi dure que la cocaïne

Une étude américaine est parvenue à la conclusion que le consommation de cupcakes pouvait devenir une dépendance aussi addictive que la cocaïne.

Le sucre est une drogue dont on n'a pas toujours conscience. Des scientifiques américains ont ainsi étudié nos comportements face aux aliments extrêmement sucrés, comme les cupcakes, et sont parvenus à des conclusions étonnantes...

Une dépendance à la nourriture sucrée

"Les gens savent depuis longtemps que les cigarettes sont nocives pour la santé mais ce n'est que sur le tard qu'ils ont appris que la nicotine provoquait une dépendance", a analysé Kelly Brownell, la directrice du centre s'occupant de la lutte contre l'obésité et de la politique sur la nourriture, à l'Université de Yale. Comme pour la cigarette il y a quelques année, la population a conscience que manger trop de choses sucrées n'est pas bon pour la santé sans pour autant savoir qu'il est possible de devenir dépendant.

Selon le Daily Mail, 28 études ont été menées sur les effets du sucre sur notre cerveau. Toutes démontrent que la dépendance au sucre est évidente ces dernières années. "Nous avons trouvé d'importants points communs sur les effets sur le cerveau de la drogue et de la nourriture sucrée", a déclaré Nora Volkow, directrice de l'Institut national de l'abus de drogues aux États-Unis. Les études scientifiques menées ont révélé que lorsque l'on montrait aux personnes obèses et aux mangeurs compulsifs les images de leurs produits alimentaires favoris, une zone de prise de décision du cerveau, appelée le cortex frontal orbital, éprouvait une montée de dopamine. La même zone est activée quand on montre aux cocaïnomanes un sac de poudre blanche. Ainsi, manger du sucre provoquerait une vague de dopamine aussi forte que celle provoquée par une prise de cocaïne ou une bouffée de cigarettes.

Mais tous les scientifiques ne sont pas d'accord avec ces études. "Je n'ai jamais entendu quelqu'un braquer une banque pour pouvoir s'acheter des barres chocolatées ou de la glace", ironise Richard Adamson, un pharmacologue lui aussi consultant pour l'association American Beverage. Pour lui, suggérer que la malbouffe est une drogue aussi addictive que la cocaïne ou l'héroïne est ridicule.

Des médicaments pour soigner la malbouffe

Cette découverte est pourtant d'une telle importance que des scientifiques ont décidé de travailler sur des médicaments qui permettraient d'aider à changer ses préférences alimentaires. "Nous essayons de développer des traitements qui modifient les préférences alimentaires pathologiques" a révélé l'universitaire Mark Gold. Une idée qui pourrait fortement déplaire à de nombreuses entreprises.

Les experts de l'industrie pensent que cette connaissance de la nourriture et ses effets sur le cerveau pourraient "changer le paysage légal". Mais les grosses sociétés impliquées dans des procès à ce sujet nient le danger que peut comporter leur nourriture en considérant que leurs produits doivent seulement être consommés avec modération. En attendant la sortie des médicaments contre la malbouffe, l'industrie alimentaire qui la produit a encore de beaux jours devant elle... puisqu'on en est accro !

Gentside

Commenter cet article