Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Viagra montre des signes d'efficacité contre le cancer

Publié le par M.Hermassi

Le Viagra a été testé avec succès en tant qu'anticancéreux chez des souris atteintes de mélanomes. Les essais cliniques doivent confirmer son intérêt pour l'homme.

Le Viagra pourrait bien connaître une seconde vie, ou plutôt une troisième. Ce médicament initialement prévu pour soigner l'angine de poitrine a poursuivi sa course en tant que traitement de la dysfonction érectile. Cette indication avait été fortuitement découverte suite aux effets secondaires relevés au cours d'essais cliniques. Désormais, une nouvelle étude allemande montre que la molécule active de ce médicament, appelée sildénafil, pourrait être efficace contre le cancer. Les chercheurs l'ont testée chez des souris développant desmélanomes (cancers de la peau) très similaires aux formes humaines. Les animaux qui prenaient du viagra avaient deux fois plus de chance de survie à 7 semaines que les autres.

Lorsqu'une tumeur se développe, l'organisme reconnaît les cellules cancéreuses au même titre qu'un virus ou une bactérie et déploie son système immunitaire pour les éliminer. Cependant, dans certains cas, les cellules malades résistent et provoquent l'accumulation de facteurs d'inflammation. On parle alors d'inflammation chronique. Cette situation entraîne le recrutement de cellules immunosuppressives capables d'inhiber le système de défense, notamment les lymphocytes T, à proximité de la tumeur.

Des travaux encourageants

L'équipe allemande a cherché à restaurer les mécanismes de défense contre les cellules cancéreuses chez des souris malades en utilisant le sildénafil. «Cette molécule réduit l'activité du monoxyde d'azote, une substance produite par les cellules immunosuppressives qui participe à la destruction des lymphocytes T, explique Viktor Umansky, coauteur des travaux au centre de recherche allemand de cancérologie. Chez tous les animaux traités, nous avons constaté une baisse de l'inflammation dans l'environnement de la tumeur et un retour à la normale du nombre de lymphocytes T», se réjouit-il. Selon lui, ces résultats très positifs devraient pouvoir s'observer également avec d'autres types de tumeurs. L'équipe allemande aidée de cliniciens prévoit de lancer prochainement un essai clinique de phase I chez l'homme afin d'identifier une dose efficace et bien tolérée dans cette nouvelle indication.

«Restons très prudents, tempère néanmoins le Pr Serge Evrad, président de la Société française du cancer. Ces travaux ont été effectués chez la souris et elle guérit plus souvent que nous de ses cancers !». Il se réjouit cependant que cette étude ait porté sur le mélanome. «Il s'agit d'un cancer pour lequel nous sommes assez démunis du point de vue thérapeutique. Ces travaux montrent que la recherche s'y intéresse, c'est donc une nouvelle encourageante». Elle fait suite à une autre bonne nouvelle récente, l'annonce de résultats prometteurs de la première molécule ciblée dans cette indication, le vémurafénib.

LeFigaro.fr

Commenter cet article