Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La santé des gencives influe sur l'état des artères

Publié le par M.Hermassi

Le taux de bactéries pathogènes dans la bouchea un impact sur le système cardio-vasculaire.

Des gencives qui saignent lorsque l'on se brosse les dents? Voilà un signe peut-être moins anodin qu'on ne le croit habituellement.

Bien sûr, on savait déjà que le dépôt de certaines bactéries au niveau parondontal, c'est-à-dire entre les gencives et les dents, pouvait provoquer une inflammation (gingivite) responsable de saignement au brossage, voire une maladie plus grave, la parodontite, qui s'accompagne d'un déchaussement des dents. D'où l'intérêt de ne pas se contenter de la brosse à dents mais d'utiliser aussi du fil dentaire ou des brossettes interdentaires. Selon une nouvelle étude de l'Université Columbia (New York), les dégâts dus aux bactéries ne sont pas seulement localisés à la bouche mais ils disséminent en toute discrétion dans l'organisme, altérant au passage les parois des artères.

«Il existe de nombreuses études épidémiologiques suggérant un lien entre maladies parodontales et cardio-vasculaires, explique le Dr Olivier Meilhac, directeur de recherche à l'Inserm (CHU Bichat), cependant le lien de causalité est difficile à établir car plusieurs facteurs de risque sont communs entre les deux maladies, notamment le tabac, le diabète, la sédentarité, l'obésité.»

Il y a deux ans, à la tête d'une équipe de chercheurs français, le Dr Meilhac montrait que l'on pouvait accélérer l'athérosclérose de rats en les exposant à une bactérie fréquemment impliquée dans les parodontites, Porphyromonas gingivalis. «On a retrouvé des traces de bactéries parodontales dans les plaques d'athérosclérose qui bouchent les vaisseaux, raconte-t-il, mais là encore, cela ne signifie pas qu'elles en sont à l'origine.»

Cette fois-ci, plus de doute. Les chercheurs de Columbia ont constaté un lien étroit entre la quantité de bactéries présentes dans la plaque dentaire de 420 personnes âgées en moyenne de 68 ans et l'évolution pendant trois années de l'athérosclérose par la mesure échographique de l'épaisseur de la paroi des artères carotides du cou (épaisseur intima-média ou EIM). «Ceux qui ont amélioré leur état parodontal, clinique et microbiologique, ont aussi eu une évolution lente de l'EIM», explique au Figaro Moïse Desvarieux, directeur de recherche à l'Inserm et professeur associé à Columbia.

«Marqueur indirect»

Un lien qui n'existe que pour certaines bactéries, dites pathogènes, justement impliquées dans les parondontites, dont Porphyromonas gingivalis: «C'est très important d'avoir montré que ce lien n'existait pas pour d'autres bactéries qui reflètent l'hygiène dentaire mais ne provoque pas de maladie parodontale», insiste le Pr Desvarieux. Sur trois années, l'épaississement de la paroi des carotides des personnes ayant le plus de bactéries pathogènes correspond, indirectement, à un doublement du risque d'accident cardio-vasculaire.

«L'EIM n'est qu'un marqueur indirect de l'athérosclérose, remarque le Dr Meilhac. Il faudra observer la survenue des événements cardio-vasculaires sur une plus longue période et peut-être sur un plus grand nombre de patients». C'est précisément ce qui est prévu dans l'étude américaine. «Nous allons aussi regarder si la progression de l'athérosclérose se ralentit lorsque l'on donne à une partie des personnes suivies un traitement contre les bactéries pathogènes», ajoute le Pr Desvarieux.

D'ores et déjà, l'étude de Columbia invite à mieux prendre en charge l'inflammation de la gencive, même en l'absence de maladie évidente. «Au minimum, c'est un signe qu'il se passe quelque chose», conclut le chercheur. «Il faudrait parler de parodontite à retentissement vasculaire infraclinique (invisible, NDLR)», suggère le Dr Meilhac, avant d'insister sur «la nécessité d'une meilleure prise en charge de la parodontite par les systèmes de santé, pour éviter des problèmes cardio-vasculaires graves et coûteux pour la société».

LIRE AUSSI: 

Les maladies cardiovasculaires en hausse 

Inflammation des gencives: comment réagir 

Les maladies parodontales ne sont pas anodines

LeFigaro.fr

Commenter cet article