Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La queue du système solaire observée pour la première fois par un satellite de la NASA

Publié le par M.Hermassi

Grâce aux données récoltées par le satellite IBEX de la NASA, les astrophysiciens ont enfin confirmé l’existence de la queue de notre système solaire.
La queue du système solaire présente une forme de trèfle à quatre feuilles

Admettre que notre planète se situe au sein d’un système en mouvement requiert sans aucun doute un léger effort d’abstraction. Même s’il est impossible de le ressentir, la vitesse de déplacement de notre système solaire à travers la galaxie est particulièrement rapide, environ 200 kilomètres par seconde. Pour cette raison, les astrophysiciens ont longtemps imaginé que celui-ci serait doté d’une queue, une trainée en apparence similaire à celle d’une comète fusant à travers l’espace. Mais fautes de données concrètes, cette affirmation est restée de l’ordre de l’hypothèse. Ce n’est que très récemment que cette supposition a finalement pu être confirmée. L’exploit a été réalisé par un satellite de la NASA : l’Interstellar Boundary Explorer ou IBEX. En trois ans de recueil de données, l’appareil est parvenu à cartographier les limites de l’héliosphère à savoir la frontière située entre le système solaire et le milieu interstellaire, formée par les vents et le champ magnétique du Soleil. Les résultats, publiés dans la revue Astrophysical Journal, indiquent la présence d’une zone jusqu’à présent non identifiée à savoir la queue de l’héliosphère ou "héliotail". Une queue en forme de trèfle Cette région particulière présente une forme de trèfle à quatre feuilles. Elle est composée de deux lobes de particules lentes disposés à gauche et à droite (en jaune et rouge sur l'image), et de deux lobes de particules rapides disposés au dessus et en dessous (en bleu). Cet agencement s’explique par la différence de force des vents solaires, plus puissant aux pôles et plus faibles à l’équateur. "La queue est notre empreinte sur la galaxie. C’est excitant de commencer à comprendre sa structure" indique dans un communiqué Eric Christian, membre du projet IBEX. Si la forme de la queue du système solaire est désormais définie, d’autres aspects comme sa longueur, restent encore un mystère. Aussi, "la prochaine étape sera d'intégrer ces observations dans nos modèles et commencer à vraiment comprendre notre héliosphère" conclut le chercheur. 

Admettre que notre planète se situe au sein d’un système en mouvement requiert sans aucun doute un léger effort d’abstraction. Même s’il est impossible de le ressentir, la vitesse de déplacement de notre système solaire à travers la galaxie est particulièrement rapide, environ 200 kilomètres par seconde. Pour cette raison, les astrophysiciens ont longtemps imaginé que celui-ci serait doté d’une queue, une trainée en apparence similaire à celle d’une comète fusant à travers l’espace. Mais fautes de données concrètes, cette affirmation est restée de l’ordre de l’hypothèse. Ce n’est que très récemment que cette supposition a finalement pu être confirmée. L’exploit a été réalisé par un satellite de la NASA : l’Interstellar Boundary Explorer ou IBEX. En trois ans de recueil de données, l’appareil est parvenu à cartographier les limites de l’héliosphère à savoir la frontière située entre le système solaire et le milieu interstellaire, formée par les vents et le champ magnétique du Soleil. Les résultats, publiés dans la revue Astrophysical Journal, indiquent la présence d’une zone jusqu’à présent non identifiée à savoir la queue de l’héliosphère ou "héliotail". Une queue en forme de trèfle Cette région particulière présente une forme de trèfle à quatre feuilles. Elle est composée de deux lobes de particules lentes disposés à gauche et à droite (en jaune et rouge sur l'image), et de deux lobes de particules rapides disposés au dessus et en dessous (en bleu). Cet agencement s’explique par la différence de force des vents solaires, plus puissant aux pôles et plus faibles à l’équateur. "La queue est notre empreinte sur la galaxie. C’est excitant de commencer à comprendre sa structure" indique dans un communiqué Eric Christian, membre du projet IBEX. Si la forme de la queue du système solaire est désormais définie, d’autres aspects comme sa longueur, restent encore un mystère. Aussi, "la prochaine étape sera d'intégrer ces observations dans nos modèles et commencer à vraiment comprendre notre héliosphère" conclut le chercheur.
 

Maxisciences

Commenter cet article