Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'incroyable technique des fourmis de feu pour survivre aux inondations

Publié le par M.Hermassi

Lors d’inondations, les fourmis de feu s'associent entre elles pour former une sorte de radeau de sauvetage. Des chercheurs américains ont étudié pour la première fois les propriétés physiques de cette structure singulière résistante à toute épreuve.
Image tirée de l'expérience menée sur un radeau composé de fourmis de feu
Face aux inondations qui affectent régulièrement leur environnement, les fourmis de feu des forêts tropicales du Brésil (Solenopsis invicta) ont développé une stratégie de survie pour le moins insolite. Celles-ci sont en effet capables de s’associer entre elles pour former une sorte de radeau de sauvetage et éviter la noyade. Au sein de cette structure singulière, les membres de la colonie sont liés les uns avec les autres par les pattes et les mandibules. De cette manière, il se crée un réseau imperméable et flottant au sein duquel les insectes peuvent respirer et survivre des heures voire des semaines, le temps que les conditions météorologiques deviennent plus favorables. Les radeaux contiennent près de 30 fourmis de feu par centimètre carré. Le réseau peut parfois atteindre une superficie aussi grande que le couvercle d’une poubelle, même si les petites structures sont largement privilégiées pour assurer leur efficacité. En cas de situation d’urgence, les organismes sont programmés pour s’assembler entre eux de manière très rapide. Moins de deux minutes sont nécessaires pour créer une organisation composée de milliers de fourmis. Des radeaux réagissant comme des "tissus vivants" David Hu, chercheur à l'Institut de technologie de Georgie aux Etats-Unis étudie depuis des années ces étranges agencements qu’il décrit comme des "tissus vivants". "Les fourmis agissent ensemble et en masse, jusqu’à devenir un matériau unique" explique l’entomologiste à LiveScience. Avec ses collègues, il a réalisé pour la première fois des expériences destinées à calculer les caractéristiques physiques de ces radeaux. Pour ce faire, l’équipe a utilisé un instrument appelé rhéomètre. Cet outil permet de mesurer en laboratoire la résistance d’un matériau à un mouvement. Il est généralement utilisé pour vérifier la viscosité d’un liquide destiné à la consommation tels que les shampoing ou la pâte à tartiner.
Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont mesuré et comparé les caractéristiques physiques des radeaux composés dune part dorganismes vivants et dautre part de fourmis mortes. Les résultats, présentés lors de la conférence annuelle de la division "dynamique des fluides"  organisée par l’American Physical Society (APS), indiquent une réorganisation constante du réseau de fourmis vivantes au sein de la structure. Ce réarrangement permet à l’organisation de répondre aux forces de natures différentes (coup de bâton, goutte de pluie), soumises en laboratoire. Une résistance à toute épreuve "Peu importe ce que vous faites, le réseau de fourmis est en réarrangement permanent pour répondre aux contraintes" indique David Hu. Il ajoute : "Si vous appuyez sur le radeau, il réagira d’abord comme un solide puis il s’étendra. Il y a très peu de matériaux qui agissent de cette manière". Cette réactivité permet aux fourmis de faire face aux obstacles que peut rencontrer leur radeau tout au long de son parcours, par exemple des petites roches ou encore des vagues. En revanche, les réseaux composés seulement de fourmis mortes se comportent comme des solides et sont de ce fait plus vulnérables aux contraintes. C’est pourquoi, au sein d’un réseau, les éventuelles victimes sont immédiatement abandonnées pour ne pas mettre en péril la colonie.

Maxisciences

Commenter cet article