Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'arsenic présent dans le riz peut entrainer des lésions génétiques

Publié le par M.Hermassi

 

Selon une étude menée en Inde, la présence de niveau élevé d'arsenic dans le riz provoque des lésions d’ordre génétique chez les humains. L'arsenic est un "contaminant courant" qui apparaît de manière naturelle dans l’eau ou en grandes quantités par la pollution humaine. Or, "l'alimentation est la principale source d'exposition à l'arsenic" pour l'homme, indique l'Efsa, l'Autorité européenne de sûreté des aliments. Et cette exposition n'est pas sans problème. C'est du moins ce que vient de démontrer une étude récemment publiée dans la revue Scientific reports. Pour "la première fois, il a été démontré qu’un lien entre la consommation de riz comportant de l'arsenic et des dommages génétiques" existe, déclare le Pr David Polya qui dirige l'équipe de l'université britannique de Manchester. La recherche a été menée avec l'institut indien CSIR-IICB auprès de 417 volontaires de la région indienne du Bengale-occidental. Tous consommaient entre 540 et 600 g de riz par jour. Une fréquence plus élevée de lésions génétiques Les travaux ont consisté à déterminer la concentration en arsenic dans l'urine et la concentration en "micro-noyaux". Ces derniers sont considérés comme révélateurs de lésions chromosomiques elles-mêmes associées à l'apparition de cancers. Or, les résultats obtenus "justifient les préoccupations croissantes exprimées par l'Efsa

Certains riz contiennent des quantités importantes d'arsenic

et par d'autres sur le niveau adéquat de la réglementation sur l'arsenic dans le riz", souligne le Pr Polya. En effet, une "corrélations forte" entre la concentration en arsenic du riz consommé et la teneur en arsenic des urines du consommateur a été constatée. De fait, les personnes consommant les riz les plus chargés en arsenic (plus de 200 microgrammes d'arsenic par kg) montraient aussi "une fréquence significativement plus élevées de micro-noyaux", signes de "lésions génétiques". Comme l’a ajouté Parvez Haris, de l'université britannique De Montfort à Leicester, "ces résultats ont une implication significative pour les gens qui consomment de grandes quantités de riz". "Il ne faut pas arrêter de manger du riz" Mais l’étude devra être confirmée en étudiant d'autres populations ayant des habitudes alimentaires différentes. Par ailleurs d’autres méthodes dévaluation devront être employées pour "évaluer les effets génotoxiques" de l'arsenic, souligne l’expert cité par l'AFP. D'ailleurs, celui-ci tient également à tempérer ces résultats en précisant qu’"il ne faut pas pour autant arrêter de manger du riz. Une étude que nous avons menée à l'université De Montfort a révélé que certaines variétés de riz parfumé du Bangladesh étaient très pauvres en arsenic", souligne-t-il. Le problème aujourd’hui est qu’aucune réglementation n’oblige à indiquer sur les paquets de riz sa concentration en arsenic. Si la Food and Drugs Administration (FDA) n'a pas lancé d'alerte, elle recommande en attendant "d'avoir un régime alimentaire varié avec une grande variété de céréales", selon l’AFP.

Commenter cet article