Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ils bravent le ramadan pour critiquer l'islamisation

Publié le par M.Hermassi

Je salue cette démonstration contre l’Islamisation de force. On choisit sa religion, on ne l’impose pas !! Les Berbères n’ont jamais  étaient des Musulmans jusque ce que les Arabes ont envahis l’Afrique du nord aux onzièmes siècles, et Islamisé de force le peuple Kabyle. Alors merde, il est juste et légitime de vouloir rétablir les rapports de force, et faire comprendre à ces fanatiques que la dictature d’Islamisation  n’est plus de mise. Sois ce que tu veux, et laisse-moi être ce que je veux, Basta !!!

 

 

                                                        M.Hermassi Boire et fumer en plein ramadan.

 

 

Plusieurs centaines d'Algériens ont bravé le ramadan pour boire et manger en plein centre de Tizi Ouzou, la principale ville de Kabylie, afin d'affirmer leur liberté de choix contre l'islamisation de la société, orchestrée selon eux par les autorités.

Samedi, cinq cents Kabyles algériens ont ainsi revendiqué la liberté de ne pas suivre le ramadan tout en dénonçant« l'islamisation rampante » de la société algérienne. La démonstration s'est voulue sans concession, à l'image d'une ville où les revendications identitaires des Kabyles ont plusieurs fois fait couler le sang : les manifestants, principalement des hommes jeunes, se sont affichés dans la rue en buvant – parfois même de l'alcool, interdit par l'islam –, en mangeant et en fumant.

Identité berbère

 

Tizi Ouzou est depuis une longtemps considéré comme une « ville rebelle » attachée aux traditions kabyles des populations qui vivent dans sa région. Même sans existence administrative, cette zone revendique son identité berbère, qui garde sa langue, son calendrier propre, ses coutumes, alors que la pratique de la religion musulmane s'y veut plus libre qu'ailleurs, voire rejetée par une partie de l'opinion.
D'autres manifestations devaient avoir lieu au cours du week-end à Bejaïa, ville portuaire kabyle, et même en France et au Canada, où vivent d'importantes communautés kabyles.

La Nouvelle République

Commenter cet article