Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et si Terre finissait par ressembler à Venus ?.

Publié le par M.Hermassi


La Terre pourrait ressembler à Vénus si elle connaissait un effet de serre aussi extrême qu'elle
Une étude américaine indique que la planète n'est pas à l'abri d'un super réchauffement qui transformerait la Terre en désert, à l'instar de Vénus. Un évènement qui ne surviendrait toutefois pas avant des millions d'années. Et si la Terre n'était pas à l'abri de devenir une planète désertique, brûlée par le soleil, avec des températures atteignant plusieurs centaines de degrés ? Notre voisine Vénus, qu'on surnomme parfois la jumelle de la Terre, est elle-même une ancienne planète habitable devenue désert infernal. Elle doit son sort à un effet de serre extrêmement puissant, irrépressible auquel notre planète à échapper. Mais des chercheurs annoncent qu'un pareil événement n'est pas impossible sur Terre... Vapeur d'eau dans l'atmosphère Cet effet de serre intense, comme on l'a théorisé pour Vénus, est causé par une évaporation trop forte de l'eau dans l'atmosphère. La vapeur d'eau est, elle aussi, un gaz à effet de serre, car elle absorbe les radiations solaires. En quelques milliers d'années, la mécanique s'emballe, les températures atteignent des sommets et les océans bouillent jusqu'à l'évaporation totale. Ce modèle, créé dans les années 90, supposait que la Terre était trop loin du Soleil pour qu'un tel événement se produise, l'énergie des rayons solaires étant trop faible. Sauf qu'en 20 ans, les connaissances des propriétés physiques des molécules d'eau et de CO2 ont évolué. Des chercheurs américains ont donc créé un nouveau modèle informatique en prenant en compte ces ajustements. Leur étude, publiée dans la revue Nature Geosciences, indique qu'une atmosphère terrestre pleine de vapeur absorberait plus de chaleur qu'elle n'en rejetterait, déclenchant ainsi un effet de serre irréversible et une forte hausse des températures (sur Vénus elles avoisinent les 400°C). Sauvés par les nuages Pas besoin pour autant de paniquer, ce scénario n'arrivera pas de si tôt. En fait, les chercheurs suggèrent que c'est grâce aux nuages que notre planète possède des températures vivables, car ils reflètent dans l'espace une bonne partie de l'énergie solaire. Tant qu'ils sont là notre planète serait donc bien protégé. "Les nuages sauvent la mise", relève Colin Goldbatt de l'Université Victoria en Colombie-Britannique. Pour arriver au seuil de ce super effet de serre, il faudrait augmenter la concentration de CO2 jusqu'à 30.000 parties par million, alors que le taux actuel est aux alentours de 400. Brûler toutes les réserves d'énergies fossiles de la planète ne suffirait même pas à atteindre ce taux. Mais il n'est pas impossible que le phénomène se déclenche dans quelques millions d'années. En effet, comme le souligne le scientifique cité par le New Scientist, certaines incertitudes demeurent car il est difficile d'être sûr de la façon dont les nuages agiront si le climat change drastiquement. Et les modèles climatiques tri-dimensionnelle modernes ne peuvent pas simuler des climats aussi extrêmes. "Ce serait comme prendre une Ford Fiesta et tenter de la conduire en montagne", a conclu Goldbatt

Maxisciences

Commenter cet article