Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Suisse, on peut abandonner son bébé dans une boite spéciale

Publié le par M.Hermassi

 Certains trouvent peut-être  dans cette initiative quelque chose d’inhumain et froid, moi je trouve cette initiative au contraire pleine de bon sens et de soucis pour résoudre un problème. Avec cette solution on épargne au moins la vie de ces pauvres bébés lesquels dans d’autres pays ils seront abandonnés devant des crèches, des portes, ou tout simplement jetés dans des poubelles !!! Alors Bravo la Suisse.

                           M.Hermassi

 

Un nourrisson a été déposé lundi dans la boîte à bébé de l'Hôpital d'Einsiedeln (suisse alémanique), le septième depuis la mise en place de ce dispositif, en 2001, contournant la loi suisse qui interdit l'accouchement "sous X".

Le bébé, une petite fille née au mois de janvier, est en parfaite santé, apprend-on sur le site du Matin, bien qu'elle reste en observation. Elle a déjà trouvé un tuteur qui a repris les droits et devoirs cédés par les parents de l'enfant, informe le quotidien suisse.

L'Aide suisse pour la mère et l'enfant (ASME), en collaboration avec l'Hôpital régional d'Einsiedeln, est à l'origine de cette mesure qui permet d'abandonner son enfant en toute sécurité. La boîte est en effet chauffée à 37 degrés et se verrouille une fois qu'on a refermé la fenêtre.

Cette méthode qui peut sembler un peu barbare a pour but de contourner la loi Suisse qui interdit l'accouchement anonyme et de prévenir les infanticides. Grâce à un avis du Conseil Fédéral qui laisse aux cantons le soin de trancher, la boite est pour l'instant tolérée. Six enfants y avaient auparavant été déposés depuis 2001 : deux garçons et quatre filles. Au bout de deux ans, tous ont été adoptés par leur famille d'accueil sauf un que sa mère biologique a récupéré dans ce délai comme le prévoit le dispositif.

Toujours est-il que la boîte à bébé choque, même s'il vaut mieux se séparer de son enfant dans ces conditions si on ne sent pas prêt à l'assumer financièrement ou psychologiquement.

"Ce n'est pas un abandon, car le résultat n'est pas la mort de l'enfant, comme lorsqu'elle le laisse dans une poubelle", explique Nahum Frenck, pédiatre et thérapeute familial, au Matin. "Dans le cas de la boîte, la mère transfert la responsabilité de son enfant à des personnes qui vont pouvoir lui offrir une vie meilleure. Ce qui est une bonne solution."

Une autre boîte à bébé, toujours à l'initiative de l'ASME, devrait bientôt voir le jour à Davos.

Fluctuat 

Commenter cet article