Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diabète et cancer du sang seraient liés par des anomalies chromosomiques

Publié le par M.Hermassi

Le risque accru de cancer du sang chez les diabétique s'expliquerait par la présence d'anomalies chromosomiques
Selon une étude franco-britannico-qatari, des anomalies chromosomiques permettraient d’expliquer le risque accru de développer un cancer du sang pour des patients atteints de diabète de type 2. Depuis quelques années, plusieurs études ont mis en évidence l'existence d'un risque accru de cancer du sang chez les personnes souffrant de diabète de type 2 qui représente 90% des cas de diabète. Mais jusqu'ici, les causes de cette augmentation restaient relativement floues. Pour en savoir plus, des chercheurs français, britanniques et qataris ont mené une nouvelle étude et ont réussi à mettre en évidence certaines anomalies chromosomiques. Cette recherche publiée dans la revue Nature Genetics a consisté à analyser l'ADN sanguin de 7.437 personnes âgées de plus de 50 ans, dont 2.208 patients atteints d'un diabète de type 2. Plus précisément, les chercheurs ont étudié des anomalies chromosomiques bien particulières appelées anomalies clonales en mosaïque (ACM). Celles-ci touchent de grandes portions de chromosomes (voire leur intégralité) et apparaissent dans l'ADN de cellules sanguines ou salivaires de personnes vieillissantes. Au cours des travaux, les scientifiques ont pu constater que ce type d’anomalie est très rare chez les personnes jeunes, alors que 2% des personnes de plus de 70 ans le présente, ce qui multiplie par dix le risque de cancers, notamment hématologiques (cancer du sang). Or, les ACM se sont révélés être présents en quantité quatre fois plus élevées chez les patients atteints de diabète de type 2 que dans le groupe témoin. Une piste pour un dépistage précoce ? Par ailleurs, les diabétiques porteurs de ces anomalies présentaient davantage de complications vasculaires que les diabétiques non porteurs d'ACM. "Nous nous sommes demandé si tout comme le grand âge, le diabète 2 entraînait l'apparition d'anomalies chromosomiques de type ACM dans les cellules sanguines", souligne le Pr Philippe Froguel qui a coordonné l'étude. Et il semblerait donc que ce soit bien le cas. Or, la découverte est d’importance car cela pourrait "avoir des implications cliniques importantes, notamment pour détecter des états précancéreux chez certains diabétiques". Ainsi, les patients "pourraient être traités dès les premiers signes de la leucémie par des chimiothérapies douces", précise le professeur cité par l'AFP.

Maxisciences 

Commenter cet article