Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des membres de l'opposition envahissent le Parlement koweïtien

Publié le par M.Hermassi

Des manifestants dans l'enceinte du Parlement koweïtien, le 16 novembre 2011.

Des milliers de manifestants ont brièvement envahi mercredi le bâtiment du Parlement à Koweït. "Nous sommes entrés à présent dans le Parlement", a déclaré le député Mouassallam al-Barrack qui avait pris la tête de la manifestation avec d'autres parlementaires et militants qui demandaient également la dissolution du Parlement. Les manifestants ont forcé les portes et pénétré dans la salle principale du bâtiment où ils ont entonné l'hymne national, avant d'en ressortirquelques minutes plus tard.

Auparavant, les forces de l'ordre ont frappé les manifestants à coups de matraque, afin de les empêcher de défiler vers la résidence du premier ministre après une manifestation massive organisée devant le bâtiment du Parlement. Selon des témoins, cinq personnes ont été blessées et recevaient des soins sur place. La manifestation avait été organisée à l'appel de l'opposition pour réclamer le limogeage du premier ministre cheikh Nasser Mohammad al-Ahamd Al-Sabah, un membre de la famille régnante, et la dissolution du Parlement.

 

 

Un scandale de corruption agite le Koweït depuis plusieurs semaines. Selon la presse, des députés pro-gouvernementaux ont reçu des centaines de millions de dollars de pots-de-vin. La révélation de ce scandale a entraîné une forte mobilisation de l'opposition contre le gouvernement de cheikh Mohammad Nasser, un neveu de l'émir, accusé d'être responsable d'une corruption généralisée dans le pays et d'une détérioration des services.

Une vingtaine de député de l'opposition avaient auparavant boycotté la session parlementaire en signe de protestation contre le rejet la veille par les députés pro-gouvernementaux d'une proposition permettant d'interroger le premier ministre sur les soupçons de pots-de-vins et de transferts illégaux à l'étranger au travers des ambassades du Koweït. Un nouveau texte en ce sens a été déposée par trois députés de l'opposition. Cheikh Nasser, 71 ans, désigné premier ministre en février 2006, a survécu à plusieurs votes de défiance au Parlement, dissous à trois reprises durant la même période. Le gouvernement avait démissionné en mars pour éviter que trois ministres, membres de la famille Al Sabah, soient interrogés par les parlementaires.

En décembre, les forces de sécurité ce riche Etat pétrolier avaient déjà violemment réprimé une manifestation organisée par des militants et des députés. D'autres protestations ont eu lieu régulièrement depuis mars. Le Koweït, quatrième exportateur mondial de pétrole, possède le Parlement le plus ouvert des pays du Golfe, mais les partis politiques n'y sont pas autorisés. Les élus ne représentent qu'eux-mêmes et s'allient au gré des événements.

LeMonde.fr

Commenter cet article