Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Contagion", un film crédible pour les experts français

Publié le par M.Hermassi

"Contagion", un film crédible pour les experts français

Mysophobes, vous qui craignez tant les microbes, le film Contagionn'est pas pour vous. Car tous ceux qui l'ont déjà vu ne regardent plus de la même façon un individu en train de tousser, les barres du métro, la main tendue d'un inconnu ou les restaurants asiatiques. Il faut dire que le virus (nommé MEV-1) inventé pour l'occasion est diabolique. Sa vitesse de progression est fulgurante, il est difficile à cultiver et il mute en permanence. De quoi donner le tournis aux experts américains. Fort heureusement, après quelques millions de morts, le film de l'Américain Steven Soderbergh finit bien. Un vaccin est mis au point (en un temps record qui laisse rêveur) et le monde peut de nouveau respirer.

"Ce scénario est parfaitement crédible, et on voit bien que l'équipe de Steven Soderbergh s'est renseignée auprès de spécialistes très compétents", estime Simon Wain-Hobson, professeur de virologie à l'Institut Pasteur. Lors d'un débat organisé par cet institut mondialement réputé et la toute nouvelle Fondation pour la recherche vaccinale, à l'issue de la projection, tous les spécialistes ont jugé que la situation décrite et les méthodes de travail des chercheurs étaient conformes à la pratique. D'ailleurs, le cas d'un virus recombinant après passage de la chauve-souris au porc, puis transmis à l'homme, a déjà été décrit avec le virus Nipah, apparu en Asie du Sud-est et responsable d'encéphalites mortelles. Quant aux chauves-souris, ce sont des "réservoirs à virus", dont certains sont encore inconnus et qui ne sont pas transmissibles à l'homme.

Sommes-nous prêts ?

Dans le film, le virus infecte d'abord une femme américaine en visite à Hong Kong. Elle va le transmettre à des Chinois, puis à des Américains en rentrant chez elle. Le mode de contamination semble proche de celui des virus grippaux ou du coronavirus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras). "On n'est pas passé loin d'une situation similaire avec le Sras, il y a une dizaine d'années", reconnaît d'ailleurs le docteur Arnaud Fontanet, spécialiste en épidémiologie des maladies infectieuses et tropicales à l'Institut Pasteur. "Mais cette maladie a pu être contrôlée, parce que les patients devenaient contagieux une semaine après le début des symptômes, ce qui a permis d'isoler les malades et de mettre leurs proches en quarantaine."

Une telle solution est nettement moins efficace avec le virus MEV-1 qui passe d'une personne à l'autre avant les premières manifestations. D'où la mise en quarantaine de plusieurs États américains dans ce film qui permet de suivre le travail des chercheurs des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ainsi que celui de l'organisation de la sécurité sanitaire. Dans le film de Soderbergh, la quarantaine et la course au vaccin suscitent évidemment des comportements irrationnels et souvent violents.

C'est surtout cela qui inquiète les spécialistes français. À la question "sommes-nous prêts" à une telle pandémie ?, le professeur François Bricaire, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP Paris), répond que "nous ne sommes jamais prêts devant un phénomène dont les caractéristiques ne sont ni connues ni fixées". Néanmoins, il est possible de "se mettre en situation de pouvoir réagir" vite à toute nouvelle situation. Plus que le côté scientifique, c'est l'étude des comportements des individus qui lui semble le fait le plus marquant dans ce film. Enfin, tous les experts ont rappelé l'importance de l'hygiène au quotidien pour limiter les risques. Dans Contagion comme dans la vraie vie.

LePoint.fr 

Commenter cet article