Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cancer de la prostate : Attention Messieurs ! Boire trop de sodas augmenterait les risques

Publié le par M.Hermassi

Une étude suédoise révèle que la consommation de l'équivalent d'une canette de soda par jour multiplie les risques de développer un cancer de la prostate

 

Selon une équipe de chercheurs suédois, la consommation quotidienne de boissons gazeuses multiplierait les risques de développer un cancer de la prostate.

Vous ne pouvez pas vous passer de votre canette quotidienne de soda ? Si vous êtes un homme, cela pourrait bien vous coûter très cher dans les années à venir. Une étude suédoise publiée lundi montre en effet que les hommes qui consomment l'équivalent d'une canette de soda par jour sont sujets à un risque accru de cancer de la prostate.

Pour parvenir à cette conclusion, l'équipe de recherche a suivi plus de 8 000 hommes, sans antécédents de cancer, les maladies cardio-vasculaires ou de diabète. Ces derniers, âgés de 45 à 73 ans, ont noté scrupuleusement pendant quinze ans la nourriture et les boissons qu'ils ingéraient. Résultat : ceux qui buvaient une canette de soda (33 centilitres) par jour avaient au final 40 % de plus de risque de développer des formes de cancer de la prostate, nécessitant de lourds traitements. Les personnes qui avaient un régime alimentaire riche en riz et pâtes augmentaient aussi de 31 % ces risques ainsi de ceux qui ingéraient de fortes quantités de sucre au petit déjeuner (38%). Même si les cancers développés dans ces cas-là nécessitaient généralement des traitements moins lourds.

L'étude suédoise précise que des exemples concrets corroborent leurs observations. Des études antérieures avaient en effet noté que les Chinois et les Japonais vivant aux Etats-Unis, le plus grand pays consommateur de sodas au monde, développaient davantage de cancers de la prostate que leurs concitoyens restés dans leur pays.

Une recherche approfondie sur la réaction à différents régimes alimentaires en fonction du patrimoine génétique rendrait possible d'"adapter les recommandations en termes d'alimentation et de boisson pour certains groupes à haut risque", a estimé Mme Drake.


 

Atlantico.fr

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article