Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

6 idées reçues sur le fonctionnement du cerveau

Publié le par M.Hermassi

6 idées reçues sur le fonctionnement du cerveau

Y a-t-il des différences entre cerveau masculin et cerveau féminin ?

Parmi les nombreuses informations qui circulent sur le cerveau, certaines n'ont jamais été démontrées, ou bien se révélées fausses avec le temps. Pourtant ces idées ont la vie dure et continuent souvent à être tenues pour acquises. Petit inventaire des ces idées reçues. Certaines ne sont pas complètement fausses mais son insuffisamment démontrées pour qu'on puisse les considérées comme vraies. Extraits de l'ouvrage "Le Cerveau pour les Nuls" aux éditions First, écrit par le Dr. Frédéric Sedel et le Pr. Olivier Lyon-Caen.

Les hommes et les femmes ont le même cerveau.
Il n'existe pas de certitude permettant de dire que le cerveau des femmes est différent de celui des hommes.

Si des différences semblent exister chez l'animal, rien ne dit qu'elles sont transportables de l'homme à la femme.
Rapporté à la taille de l'individu, le poids du cerveau féminin est identique à celui du cerveau masculin. 
La plupart des études sur le sujet sont contradictoires.

Il est donc impossible, en regardant le cerveau d'un sujet donné de prédire son sexe...

N'utilisons-nous que 10 % de notre cerveau ?

Cette idée a été contredite par les études d'imagerie fonctionnelle qui montrent qu'en fonction des tâches réalisées, toutes nos aires corticales sont utilisées.
L'idée que nous utilisions seulement 10% de nos cellules proviendrait du fait que les neurones ne représentent que 10% des cellules du cerveau.

Les 90% restant sont représentées par les cellules gliales, qui n'interviennent que de façon marginale dans la transmission de l'information.

Ainsi, si on mesure l'activité des cellules dans une région du cerveau donnée, seul 10% d'entre elles (les neurones) sont électriquement actives.
Cela ne veut pas dire pour autant que les cellules gliales ne sont pas utilisées.

Si on s'intéresse uniquement aux neurones, rien ne permet de penser que certains ne sont pas utilisés.

Certains modes d'alimentation sont-ils bons pour notre cerveau ?

On voit ça et là des articles ou des livres nous expliquant comment tel ou tel régime à base d'antioxydants et autres oligo-éléments améliorerait notre fonctionnement cérébral. 
Info ou intox ? 

L'alimentation influe-t-elle sur le fonctionnement cérébral ?
La plupart des composés indispensables au fonctionnement des neurones sont produits directement par notre organisme, souvent par le cerveau lui-même. Notre cerveau n'est de toute façon pas très difficile : il a certes besoin de glucose, de vitamines, de certains métaux et de certaines acides gras polyinsaturés (notamment le fameux oméga 3 DHA), mais les quantités nécessaires sont amplement atteintes par une alimentation standard.
Le DHA fait baisser les triglycérides circulants, et a à ce titre un effet bénéfique sur le coeur. On le retrouve dans la graisse de poisson, d'où l'idée que le poisson rend intelligent.
Par ailleurs, certaines personnes pensent qu'il pourrait prévenir la maladie d'Alzheimer.

Qu'en est-il réellement ?
Le DHA est surtout important pour le développement cérébral chez le foetus et le nourrisson. C'est la raison pour laquelle il est rajouté dans les laits maternisés.
Toutefoisdes travaux sont encore nécessaires pour prouver qu'un régime riche en DHA a réellement un effet bénéfiquesur notre fonctionnement cérébral.
Enfin, comme on dit, cela ne peut faire que du bien... Pour le reste, aucun complément vitaminique ou à base d'oligo-éléments ne semble efficace.

Les 3 seules mesures qui semblent améliorer notre intellect et prévenir la maladie d'Alzheimer  sont la restriction calorique (difficile à réaliser sur le long terme), l'activité physique régulière et une activité intellectuelle soutenue (lecture). La première chose à faire est donc de ne plus regarder la télévision en grignotant...

Téléphone portable et tumeurs cérébrales sont-ils liés ?

La diffusion rapide des téléphones portables depuis la fin des années 1990 a coïncidé avec une augmentation de fréquence des tumeurs cérébrales primitives, d'où la crainte que les champs électromagnétiques produits par les appareils de téléphonie puissent causer des tumeurs.

Les études les plus récentes n'ont pas permis de démontrer un lien entre l'utilisation d'un téléphone portable et la survenue de tumeurs cérébrales.

 

Les "intelligents" ont-ils des cerveaux plus gros que la moyenne ?

Il n'existe pas de preuve que les personnes douées pour une activité ou une autre aient un cerveau d'une forme particulière, y compris au niveau microscopique. Toutes les études qui ont tenté de relier nos capacités intellectuelles à desparticularités morphologiques se sont heurtées à un mur.

On sait aujourd'hui :
- Qu'il n'existe pas de lien entre intelligence et poids du cerveau
- Que les connexions et la forme des cellules observables au microscope apparaissent identiques chez les grands génies et chez des sujets dits "normaux"
- Que le fait de travailler des fonctions bien précises (la pratique d'un instrument, un métier qui nécessite des aptitudes particulières comme naviguer dans l'espace) entraîne le développement des zones cérébrales correspondantes, mais qu'il s'agit d'une conséquence et nons pas d'une cause de cette aptitude. C'est ce qu'on appelle la plasticité cérébrales...

Le nombre de nos neurones est maximal à l'âge de 20 ans

L'idée d'une diminution importante des neurones durant la vie est remise en cause. En effet, le nombre de neurones au cours du vieillissement normal reste quasiment stable. 
En 1998, la preuve a même été apportée de la naissance de nouveaux neurones dans le cerveau humain en particulier dans les hippocampes.
Le vieillissement cérébral serait plutôt lié à une désorganisation des zones fonctionnelles du cerveau et de leurs connexions, sans qu'on puisse dire que le nombre de connexions diminue réellement.

 Gina Tarlayan

Avantages

Commenter cet article