Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CHINE. Des chercheurs créent un train qui peut rouler à 3.000 km/h

Publié le par M.Hermassi

 

Une équipe de scientifiques d'une université de Chengdu, en Chine, vient de mettre au point un prototype de train qui pourrait avancer trois fois plus vite qu'un avion.

 

Train Maglev SIPA

Attachez vos ceintures : le train à sustentation magnétique Super Maglev est théoriquement capable de relier Paris à Moscou en une heure,révèle "L'Usine Nouvelle". Il pourra se déplacer jusqu'à 2.900 kilomètres par heure, soit trois fois plus vite qu'un avion. C'est en tout cas ce qu'assure le directeur du projet, le Dr. Deng Zigang, chercheur à l'université de Jiaotong, à Chengdu (Chine). Selon lui, ce projet qui paraissait jusque-là impossible est désormais réalisable.

Comment ça marche ? Le projet de Super Maglev (qui signifie Magnetic Levitation) circulerait dans un tube, où la pression de l’air serait dix fois inférieure à la pression atmosphérique au niveau de la mer. La résistance de l'air au déplacement du train serait donc nettement réduite, tout comme l'énergie consommée.

Voyage en apesanteur

Les trains Maglev - une technologie mise au point par la Central Japan Railway - existent déjà. Ils circulent sur des monorails qui utilisent également les forces magnétiques pour avancer sans toucher le rail qui les guident. Ils sont utilisés commercialement depuis des années en Chine, au Japon et en Corée du Sud. C’est sur ce type de train que l’actuel record de vitesse a été établi en 2003 au Japon, à 581 km/h. Le Transrapid de Shanghai, atteint lui aussi régulièrement 431 km/h.

 

Ce prototype test voit actuellement sa vitesse de circulation limitées par la taille de la plate-forme qui l'abrite, située dans un hangar (photo ci-dessus). Mais un équipement plus grand permettrait d’atteindre une vitesse plus de trois fois supérieure à celle des trains Maglev circulant aujourd'hui, promet le Dr. Deng Zigang. 

Actualité politique, internationale, société par le Nouvel Observateur, infos du jour

Voir les commentaires

Le spermatozoïde est-il devenu une espèce menacée ?

Publié le par M.Hermassi

Au secours, les mutants sont parmi nous ! Saviez-vous que la taille moyenne des Français a augmenté de près de 5 cm en 30 ans, et qu'il y a désormais 15% d'obèses parmi les adultes ? Qu'une petite fille afro-américaine sur quatre commence sa puberté vers 7 ans ? Qu'à l'échelle de la planète la concentration spermatique a baissé de près de 40 % en un demi-siècle ? L'être humain est manifestement en train de changer, et à un rythme qui n'a plus rien à voir avec l'évolution darwinienne. Extrait de "Mutants", de Jean-François Bouvet, aux éditions Flammarion (2/2).

 Le spermatozoïde est-il devenu une espèce menacée ?

 U n peu d’histoire, d’abord. C’est aux années 1950 – et aux travaux du biologiste américain John MacLeod – qu’il faut remonter pour trouver les premières études systématiques sur la teneur du sperme en spermatozoïdes. MacLeod trouve alors une concentration supérieure en moyenne à 100 millions/ mL, la valeur de ce paramètre étant toutefois sujette à une forte variabilité, non seulement entre individus mais aussi intra-individuelle, au gré des conditions. Aujourd’hui encore, cette valeur moyenne de plus de 100 millions/mL fait foi comme élément de comparaison historique.

En 1974-1975, une alerte émane de New York et d’Iowa City : elle résulte d’observations réalisées chez des hommes jeunes dont des échantillons de sperme sont analysés en vue d’une conservation par congélation ; et ce, dans la perspective d’une stérilisation du sujet par vasectomie. Ces observations font état d’une diminution de 30 à 50 % de la concentration en spermatozoïdes par rapport aux données précédentes.

Mais c’est en 1992 que la question de l’altération de la qualité du sperme se trouve clairement posée. Cette année-là est publiée dans le British Medical Journal une étude portant sur près de 15 000 hommes de tous les continents. Il s’agit en l’occurrence d’une méta-analyse conduite par une équipe de Copenhague et rassemblant les données de 61 articles scientifiques parus de 1938 à 1991. Ces chercheurs mettent ainsi en évidence une décroissance régulière de la production spermatique de 1940 à 1990, la concentration moyenne en spermatozoïdes étant passée de 113 millions à 66 millions/mL. Soit une diminution de l’ordre de 40 % en un demi-siècle.

Cette étude, à la fiabilité initialement contestée, fut reprise et élargie par l’Américaine Shanna H. Swan et ses collègues, qui, au total, collectèrent les données de pas moins de 101 publications parues de 1934 à 1996. Publié en 2000, leur travail devait confirmer très largement les conclusions du précédent pour ce qui est de l’Europe et des États-Unis.

La tendance à la baisse de la concentration de spermatozoïdes est malheureusement corroborée, entre autres choses, par une étude récente se rapportant à l’Espagne. Un travail réalisé en 2001-2002 dans la province d’Almería et concernant 273 jeunes gens avait préalablement montré que leur concentration spermatique de spermatozoïdes était supérieure à celle évaluée à âge équivalent en Europe du Nord. Ce paramètre avait-il évolué depuis ? Pour répondre à la question, les chercheurs ont examiné en 2010- 2011 le sperme de 215 étudiants d’une autre région d’Espagne du Sud, celle de Murcia. Ils ont ainsi mis en évidence une diminution de la concentration durant la dernière décennie.


Atlantico.fr

Voir les commentaires

Des scientifiques créent un rayon tracteur pour attraper des objets avec du son

Publié le par M.Hermassi

Les ondes peuvent déplacer des objets, mais est-il possible de le faire en sens inverse de leur propagation ? Une équipe écossaise a mis au point un véritable rayon tracteur acoustique capable de déplacer des cibles un million de fois plus grandes qu'avant. L’arme préférée des aliens kidnappeurs de vaches bientôt mise au point ? La science-fiction connait de très nombreuses occurrences du fameux rayon tracteur. Il est présenté comme un faisceau lumineux qui permet de soulever et d’attirer à soi divers objets.

 

Le principal écueil à cette innovation repose sur le fait que, dans l’immense majorité des cas, si la lumière peut déplacer de faibles quantités de matière elle ne le fait que dans sa direction de propagation, et non pas en sens inverse. Toutefois, une équipe internationale, centrée sur l’université écossaise de Dundee, a tout de même réussi à fabriquer un rayon tracteur, en faisant appel à un autre procédé : les ondes acoustiques. Les chercheurs sont parvenus à déplacer des objets d’une taille de l’ordre du centimètre, des cibles qui s’avèrent un million de fois plus grandes que celles qu’il avait jusqu’alors été possible d’attirer. Ces travaux ont été publiés le 2 mai dans la revue Physical Review Letters. De nombreuses applications médicales Cette prouesse est possible grâce à un phénomène lumineux découvert dans les années 70 : la pression négative de radiation. Elle a pour effet d’attirer des éléments microscopiques de matière vers la partie la plus intense de l’onde. Appliquée aux ondes acoustiques, cette pression agit avec efficacité sur des objets triangulaires mais a plus de mal avec les objets plats. Pour ce qui est de son application future à bord d’un vaisseau spatial, un problème de taille se pose. Les ondes sonores ne se propagent en effet pas dans le vide, il restera donc impossible de capturer et d’attirer un vaisseau ennemi en plein vol intersidéral grâce à ce principe. D’autres utilisations restent néanmoins possibles, en particulier dans le domaine médical. Les chercheurs espèrent s’en servir pour manipuler des cellules de manière précise et individuelle. Comme le mentionne IFLscience, cela pourrait également permettre d’opérer des caillots, calculs, kystes et tumeurs par ultrasons, ce qui ouvre la porte à des procédures non invasives, c’est-à-dire qui ne nécessitent pas d’ouvrir le patient. De quoi largement consoler les fans de science-fiction.

Maxisciences

Voir les commentaires

Une pluie d'étoiles filantes inédite à observer à partir du 23 mai

Publié le par M.Hermassi

Une pluie d'étoiles filantes, jusqu'à présent jamais observée, pourrait illuminer le ciel, le 24 mai. Visible depuis le nord de la planète, celle-ci pourrait bien être la plus belle pluie de météores de l'année, avec pas moins de 200 étoiles filantes par heure. 
La comète 209P/LINEAR observée le 25 avril 2009
Et si vous aviez la possibilité d'admirer une pluie d'étoiles filantes impressionnante, mais également inédite ? Il semblerait que les habitants du nord de la planète aient cette chance dès la semaine prochaine. Si elle se comporte comme les experts le prévoient, la pluie de météores venant de la constellation de la Girafe devrait être visible dans la nuit du 23 au 24 mai. Elle aura lieu au moment même où la Terre traversera un champ de débris laissés sur son passage par la comète 209P/LINEAR, il y a pas moins de 200 ans. Une pluie éblouissante ? Cette toute nouvelle pluie de météores, encore jamais observée, pourrait bien rivaliser, en brillance, avec celle des Perséides visible en août, d'après les spécialistes. "Il pourrait bien y avoir une nouvelle pluie d'étoiles filantes, et je veux la voir de mes propres yeux", affirme Bill Cooke, expert en météores à la NASA, repris par Space. Les analyses indiquent que son apogée devrait se situer entre 6h et 8h du matin, heure universelle. Entre 100 et 400 météores par heure sont attendues, bien que les experts ne mettent pas de côté la possibilité d'un bon millier de météores en une heure. Cette pluie d'étoiles filantes étant inédite, les scientifiques possèdent très peu de données sur l'heure ou encore la fréquence des météores. En revanche, ils s'accordent sur un point : son heure d'apparition est idéale pour les observateurs américains et canadiens. Les Britanniques eux devront se contenter des restes de la pluie avant que l'obscurité cède place à l'aube. En France, il est malheureusement peu probable que des météores soient visibles, étant donné qu'il fera déjà jour.  Comme d'habitude, il sera néanmoins possible de suivre l'évènement en direct grâce à plusieurs sites internet dont SLOOH.com qui proposera une retransmission commentée par des spécialistes. 200 ans plus tard… Les pluies de météores sont visibles lorsque la Terre traverse des nuages de poussières et de gaz, au cours de son orbite autour du Soleil. Lorsque ces nuages entrent en contact avec l'atmosphère de la Terre, leur contenu brûle créant ainsi des pluies d'étoiles filantes. Leur visibilité dépend donc de la quantité de débris présents dans l'espace. C'est en février 2004 qu'une équipe du Lincoln Near-Earth Asteroid Research (LINEAR) a découvert la comète 209P/LINEAR. Une comète peu brillante qui traverse l'orbite de la Terre tous les cinq ans. En 2012, Esko Lyytinen et Peter Jenniskens, experts en météores, ont estimé que la Terre traverserait le champ de débris de la comète cette année, allant à la rencontre de matériaux semés dans les années 1800. "Nous n'avons aucune idée de l'activité de la comète dans les années 1800. Il peut très bien y avoir une superbe pluie de météores, comme un flop complet", ajoute Bill Cooke. Selon les experts, la pluie se situerait autour de la constellation de la Girafe, près de l'Étoile polaire. "Elle se déroulera toute la nuit, pour tous ceux qui veulent en profiter pour la voir", précise le chercheur. Même si les analyses estiment une visibilité de deux heures, cette pluie de météores pourrait bien réserver des surprises aux observateurs plusieurs avant et après cette période. Et si jamais la pluie d'étoiles filantes se défile, vous pourrez toujours admirer la proche conjonction de Vénus avec le croissant de lune, qui se lèveront ensemble juste avant le Soleil. 

 

Maxisciences

Voir les commentaires

Hypertendus, marchez !

Publié le par M.Hermassi

Hypertendus, marchez !

 

Des médicaments ? Non, de la marche ! Des médecins américains confirment l'intérêt de la marche active chez les patients âgés souffrent d'hypertension artérielle (HTA). A leurs yeux, entre 20 et 40 minutes par jours suffisent pour limiter les risques de complications, cardiaques notamment.

Le Dr Charles Faselis et son équipe de la George Washington University (Washington, DC) ont suivi 2 100 hypertendus âgés d'au moins 70 ans. Pour déterminer le niveau d'activité physique de leurs participants, ils ont utilisé la méthode de l'équivalent métabolique (Metabolic Equivatent of Task ou MET).

Un MET correspond en quelque sorte à la consommation d'oxygène d'un organisme au repos. « Pour avoir une idée, le pic chez un homme de 50 ans sédentaire sera de l'ordre de 5 à 6 MET », explique Faselis. Après un suivi de 9 ans, les scientifiques ont observé – sans surprise – que le risque de décès prématuré était deux fois moins élevé parmi ceux qui pratiquaient une activité physique régulière. Et dont le pic de MET s'élevait à plus de 8 par rapport à ceux qui ne dépassaient pas 4.

L'auteur encourage donc les hypertendus à marcher de façon modérée à active, ne serait-ce que 20 à 40 minutes « la plupart des jours de la semaine ». De nombreux travaux s'accordent, pour considérer qu'une intensité modérée - équivalant à environ 40% à 60% de la fréquence cardiaque maximale - est particulièrement bénéfique. Pour faire simple, disons qu'il s'agit d'un rythme qu'il est possible de soutenir sans problème, tout en étant capable de continuer à discuter normalement. 

Destination Santé

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>