Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un gène de l'éternelle jeunesse découvert chez un invertébré aquatique

Publié le par M.Hermassi

Chez un invertébré appelé hydre, des chercheurs ont identifié un gène qui permet à ces animaux de rester éternellement jeune

 

En étudiant le génome d’un polype d’eau douce réputé ‘immortel’, des chercheurs allemands y ont découvert un gène dont ils ont établi le lien avec cette longévité hors norme. Selon eux, le fameux gène est également présent chez l’Homme.

La quête de l'éternelle jeunesse et même de l'immortalité fait depuis des décennies l'objet de très nombreux travaux scientifiques. Est-il possible d'empêcher levieillissement de notre organisme et ainsi en prolonger indéfiniment la survie ? Pour l'heure, la réponse reste négative. Néanmoins, la recherche progresse de plus en plus dans le domaine et fait parfois des découvertes plus qu'intéressantes.

C'est notamment le cas de la trouvaille récemment décrite dans la revue Labor Praxispar Thomas Bosch et des chercheurs de l'Université Christian Albrecht de Kiel (Allemagne) et de l'Hôpital universitaire de cette ville. Chez un animal appelé hydre, ceux-ci ont réussi à dénicher un gène qui lui permet de conserver une éternelle jeunesse. En effet, ce cnidaire (invertébré primitif) de quelques millimètres vivant dans des lacs et des cours d'eau, a la faculté de se régénérer presque indéfiniment, notamment grâce à des cellules souches très dynamiques et particulièrement promptes à se diviser. Des individus subsistent ainsi en laboratoire depuis plus de cinquante ans et sont en aussi bonne santé qu'au début de leur captivité.

Le gêne FoxO, très actif chez les hommes centenaires

Toutefois, les mécanismes impliqués dans cette longévité restaient floues jusqu'ici. Pour en savoir plus sur ces étranges polypes, les chercheurs ont donc étroitement étudié leur génome et identifié un gène appelé FoxO, également présent dans le génome des autres animaux, dont l’Homme. Or, après avoir désactivé le fameux gène chez plusieurs spécimens, les scientifiques ont observé chez ceux-ci un vieillissement et un affaiblissement du système immunitaire. Autrement dit, les animaux sont devenus bien plus vulnérables aux maladies que leurs congénères. 

Des études antérieures avaient déjà décelé, chez des humains centenaires, un gène FoxO particulièrement actif. Cette nouvelle recherche renforce donc l'intérêt porté à ce gène et l’équipe de Thomas Bosch compte bien poursuivre ses travaux sur le polype et son extraordinaire longévité, en liaison avec les recherches d’autres généticiens travaillant sur d’autres espèces, notamment l’Homme.

 

Maxisciences

 

Voir les commentaires

La cigarette endommage aussi le cerveau

Publié le par M.Hermassi

On sait déjà que la cigarette provoque des cancers du poumon et augmente le risque de maladies cardiovasculaires.

Des chercheurs du King's College de Londres ont publié une étude dans la revue spécialisée dans le vieillissement Age and Ageing qui établit cette fois un lien entre la cigarette et le cerveau. Fumer pourrait endommager la mémoire, la capacité d'apprentissage et le raisonnement.

Au départ, cette étude avait pour but d'«explorer la relation entre les risques cardiovasculaires et le déclin des fonctions cognitives sur des adultes âgés de 50 ans et plus».

8.800 personnes de plus de 50 ans ont été soumises à des tests sur une période de 8 ans tels qu'apprendre des nouveaux mots ou nommer le plus d'animaux possibles.

Les participants étaient aussi divisés en deux catégories: les non-fumeurs et les fumeurs.

D'après un article de BBC News qui reprend les conclusions de l'étude:

«Il existerait une forte relation entre le fait de fumer et des mauvais résultats aux tests même si une pression artérielle élevée et un surpoids peuvent aussi affecter le cerveau, mais dans une moindre mesure.»

Le docteur Alex Dregan, un des chercheurs interrogé par BBC News, fait part de son inquiétude:

«Nous devons informer les gens sur la nécessité de faire des changements dans leur mode de vie à cause de ces risques de démence.»

Mais, si fumer peut nuire au cerveau, l'alcool (consommé à petites doses) semblerait provoquer l'effet inverse.

Une récente méta-analyse sur des sujets de plus de 65 ans conclut de manière convergente que la consommation d'alcool légère à modérée serait associée à un risque moindre d'environ 35% à 45% de déclin cognitif ou de démence par rapport à l'abstinence. 

 

 

Slate.fr

Voir les commentaires

10 manières insolites d’utiliser le sucre

Publié le par M.Hermassi

Le sucre, on l’adore ! Mais savons-nous vraiment l’utiliser ? Car outre son goût, le sucre a bien des pouvoirs que certains d’entre nous ignorent…

 

 

Garder les fleurs fraiches
Il suffit d’ajouter trois cuillères à café de sucre et deux cuillères à soupe de vinaigre blanc à l’eau de vos fleurs pour les garder belles et fraiches. Le sucre est bon pour les tiges, tandis que le vinaigre peut arrêter la croissance des bactéries.

 

.

 

Apaiser les brûlures d’épices
Les produits laitiers aussi font l’affaire, mais si vous ne voulez pas boire du lait au déjeuner ou au dîner, vous pouvez simplement utiliser du sucre pour adoucir l’effet des aliments

 

.

 

  1. Traiter une plaie
    On peut utiliser du sucre pour soigner les plaies et guérir les infections douloureuses. Des chercheurs de l’hôpital de Birmingham ont mis en avant le fait que le sucre peut tuer les bactéries qui empêchent la guérison et provoquent des douleurs chroniques. En effet, les bactéries ont besoin d’eau pour survivre mais le sucre va puiser l’eau de la plaie.

.

 

 

  1. Exfolier la peau
    Il suffit de mélanger le sucre avec de l’huile d’amande douce ou de l’huile d’olive. Vous pouvez aussi rajouter une huile essentielle de votre choix pour obtenir un doux parfum. Frottez doucement sur votre peau et rincez sous la douche. Vous allez ainsi supprimer les peaux mortes et obtenir une peau douce et lisse.

.

 

Faire tenir son rouge à lèvres
Le sucre va prolonger la tenue de votre maquillage préféré. Il suffit de saupoudrer le sucre

 

.

 

 Se débarrasser des taches de thé

Il est si facile de se tacher en buvant son thé, mais si difficile de se débarrasser des traces ! Si vous avez peur de faire blanchir le tissu, par exemple sur un vêtement de couleur, réalisez un petit mélange de sucre et d’eau pour obtenir une pâte. Appliquez sur la tache, laissez reposer pendant une heure, puis lavez, comme à votre habitude…

 

.

 

 

Nettoyer sa cafetière
Le sucre va absorber les résidus de café et son odeur. Il suffit de verser un peu de sucre dans votre machine, comme vous le feriez avec du café.

 

.

 

Apaiser une brûlure à la langue
Le sucre peut aider à soulager une langue brûlée par une boisson chaude ou un met tout juste sorti du four ! Saupoudrez un peu de sucre sur la zone touchée et la douleur devrait se résorber instantanément.

 

.

 

 Embellir ses lèvres

Pour nourrir les lèvres sèches, il suffit de mélanger des quantités égales de sucre et d’huile d’olive pour former une pâte. Appliquez le mélange sur vos lèvres et laissez-le reposer pendant 30 secondes. Essuyez ensuite avec un chiffon humide et le tour est joué !

 

.

 

 

 

Nettoyer des mains grasses
Parfois, le savon et l’eau ne suffisent pas, comme après la cuisine lorsque vos mains sont couvertes de graisse. Utilisez un mélange d’huile d’olive et de sucre, puis frottez-vous les mains, c’est magique.

 

.

 

YAHOO ! FRANCE

POUR ELLE

 

 

Voir les commentaires

L'heure de notre mort est déjà déterminée par notre ADN

Publié le par M.Hermassi

Selon une étude, un gène et ses variations pourraient indiquer l'heure à laquelle on a le plus de chances de mourir

 

Une nouvelle étude indique qu'il serait possible de prédire l’heure à laquelle un individu mourra en analysant les différentes versions d’un gène en particulier. 

Les facteurs génétiques peuvent déterminer certaines caractéristiques de notre corps comme la couleur des cheveux, le groupe sanguin, ou encore la susceptibilité à développer des maladies particulières. Mais depuis peu, des chercheurs américains affirment avoir trouver un gènecapable de prédire quelque chose de bien plus sinistre, à savoir l'heure de la journée à laquelle une personne peut mourir.

Pour en arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont étudié minutieusement le génome lié au rythme circadien et aux habitudes de sommeil de 1.200 personnes âgées de plus de 65 ans et en bonne santé. Une analyse prévue initialement pour un programme de recherche sur le développement des maladies de Parkinson et d’Alzheimer mais qui a été élargie après la découverte d'un gène particulier. Appelé "Périod 1", celui-ci peut s’exprimer sous deux versions différentes : avec une base adénine (A) ou avec une base guanine (G). De cette manière un sujet peut présenter trois combinaisons différentes : AA, AG ou GG.

Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Annal of neurology, révèlent ainsi que les individus présentant la variante du gène à base adénine (AA ou AG) ont tendance à mourir avant 11 heures tandis que ceux présentant la version à base guanine (GG) meurent généralement avant 18 heures. Par ailleurs la probabilité que chacune des combinaisons s’exprime chez un sujet est de 36% pour le génotype AA, 48% pour le génotype AG et seulement 16% pour le génotype GG. 

Une découverte pour améliorer le traitement des maladies

"Il y a réellement un gène qui prédit le moment de la journée où vous allez mourir. Pas la date heureusement, mais le moment de la journée" indique dans un communiqué Clifford Saper chef du département de neurologie au Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) à Boston. Outre l’aspect insolite que représente une telle découverte, les chercheurs espèrent que leur étude va permettre d’améliorer les traitements de certaines maladies graves.

"L’horloge biologique interne régit de nombreux aspects de la biologie et du comportement humain. Il influe également sur le calendrier de graves événements médicaux, tels les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques" explique dans un communiqué Andrew Lim, principal auteur de l’étude, et chercheur au département BIDMC. La mise en évidence du gène "Period 1" pourrait permettre au personnel soignant de déterminer le moment où les patients doivent prendre leur traitement afin que celui-ci soit le plus efficace et la période durant laquelle les patients doivent être étroitement surveillés.

 

Maxisciences

 

Voir les commentaires

Insolite : l'obésité est illégale au Japon

Publié le par M.Hermassi

Actus

 

Au Japon, une loi fixe une limite de poids pour les hommes et les femmes. L'obésité serait surveillée et réprimandée.

Depuis 2008, les entreprises et administrations sont théoriquement tenues de mesurer et de suivre le tour de taille de leurs salariés de 40 ans à 74 ans lors de la visite médicale professionnelle. Et de mettre en place des recommandations sur l'utilité du sport, d'une alimentation saine et d'une bonne hygiène de vie. Si le salarié ne perd pas du poids avant la prochaine visite, il peut se voir sanctionné.
Les hommes ne doivent pas avoir un tour de taille dépassant 85 centimètres et les femmes 90. L'objectif de cette mesure est de réduire le nombre croissant de diabètes, de maladies cardio-vasculaires, de faire baisser le cholestérol, la pression artérielle, et finalement de diminuer la facture du système de santé.
Étrangement, selon l'Organisation mondiale de la santé, les Japonais et les Coréens sont les populations plus sveltes au monde.
Mais une étude récente du ministère de la Santé japonais, montre que le surpoids et l'obésité augmenteraient depuis quinze ans, en particulier chez les hommes jeunes. Si en 1997, 23,3% des Japonais de 20 ans et plus étaient en surpoids, en 2007 ils étaient 30,4%.
Les entreprises devaient réduire, sous peine d'amendes, le nombre d'employés en surpoids de 10% en quatre ans (2012) et de 25% en 2015.
Il semblerait, d’après le Dr Hayashi que cette loi est un échec. « Selon le ministère de la Santé, seulement 43,3% des 52 millions de Japonais concernés ont fait l'examen annuel, et au bout du compte 12,3% des gens ont suivi jusqu'au bout la "feuille de route médicale".
"Nous discutons de nouvelles normes, car un rapport a récemment démontré que le rapport entre tour de taille et maladies cardio-vasculaires n'était pas aussi évident", confie un responsable du ministère de la Santé. Depuis peu que "l'épreuve de la ceinture" ne soit donc plus le critère absolu.

Auteur : Agathe Mayer

 

Topsante

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>