Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore une aberration de taille !!

Publié le par M.Hermassi

Pour faire partie d’un réseau social High, il faut débourser 9000+3000 dollars, c’est plutôt un club d’imbéciles qui ne savent plus quoi faire de leur argent. Je suis sur qu’ils  s’ennuieront à mourir, a se raconter leur petit trucs de riches paumés.

                                             M.Hermassi

 

Page d'accueil du site Netropolitan. /

 

Le site Netropolitan est réservé à une élite puisqu'il faut débourser pas moins de 9000 dollars de frais d'inscription puis 3000 dollars de cotisation par an pour être membre de ce «club haut de gamme en ligne».

 

 

Les riches ne trouveraient pas leur place sur Facebook. Qu'à cela ne tienne, un Américain de 48 ans, James Touchi-Peters, leur a trouvé une solution. Ce dernier, compositeur et ancien chef de l'orchestre philharmonique du Minnesota, a lancé récemment un réseau social très select, Netropolitan.

Pour figurer parmi ce club très élitiste, il faut débourser pas moins de 9000 dollars (près de 7000 euros) de frais d'inscription puis 3000 dollars de cotisation chaque année. Et pour ce prix, le «club haut de gamme en ligne» n'offre rien d'autres qu'une appartenance au réseau social. Pas de galas, ni rallyes ou invitations à des soirées privées...

Pour ce prix, le site garantit toutefois que ses membres ne trouveront aucune publicité et une équipe sera chargée de modérer les contenus. Le site se définit d'ailleurs lui-même comme le «club réservé à ceux qui ont plus d'argent que de temps».

Le principe n'est pas nouveau

James Touchi-Peters estime qu'il y a «un réel besoin pour un lieu où l'on peut évoquer tous les sujets sans craindre de susciter de réactions outrées ou violentes, un endroit où des gens pourraient partager des goûts et des expériences communes», confie le fondateur du site américain à CNN . Certains «affirment se sentir jugés pour leur évocation de certains sujets sur les autres réseaux sociaux, comme s'ils se vantaient», indique par ailleurs une porte-parole du site.

Reste à savoir si ce besoin existe réellement. De fait, le principe n'est pas nouveau. Avant Netropolitan, d'autres réseaux extrêmement élitistes ont vu le jour sans toujours rencontrer le succès escompté, à l'instar de A Small World («un petit monde»), 

Le  Figaro.fr

Commenter cet article