Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le spermatozoïde est-il devenu une espèce menacée ?

Publié le par M.Hermassi

Au secours, les mutants sont parmi nous ! Saviez-vous que la taille moyenne des Français a augmenté de près de 5 cm en 30 ans, et qu'il y a désormais 15% d'obèses parmi les adultes ? Qu'une petite fille afro-américaine sur quatre commence sa puberté vers 7 ans ? Qu'à l'échelle de la planète la concentration spermatique a baissé de près de 40 % en un demi-siècle ? L'être humain est manifestement en train de changer, et à un rythme qui n'a plus rien à voir avec l'évolution darwinienne. Extrait de "Mutants", de Jean-François Bouvet, aux éditions Flammarion (2/2).

 Le spermatozoïde est-il devenu une espèce menacée ?

 U n peu d’histoire, d’abord. C’est aux années 1950 – et aux travaux du biologiste américain John MacLeod – qu’il faut remonter pour trouver les premières études systématiques sur la teneur du sperme en spermatozoïdes. MacLeod trouve alors une concentration supérieure en moyenne à 100 millions/ mL, la valeur de ce paramètre étant toutefois sujette à une forte variabilité, non seulement entre individus mais aussi intra-individuelle, au gré des conditions. Aujourd’hui encore, cette valeur moyenne de plus de 100 millions/mL fait foi comme élément de comparaison historique.

En 1974-1975, une alerte émane de New York et d’Iowa City : elle résulte d’observations réalisées chez des hommes jeunes dont des échantillons de sperme sont analysés en vue d’une conservation par congélation ; et ce, dans la perspective d’une stérilisation du sujet par vasectomie. Ces observations font état d’une diminution de 30 à 50 % de la concentration en spermatozoïdes par rapport aux données précédentes.

Mais c’est en 1992 que la question de l’altération de la qualité du sperme se trouve clairement posée. Cette année-là est publiée dans le British Medical Journal une étude portant sur près de 15 000 hommes de tous les continents. Il s’agit en l’occurrence d’une méta-analyse conduite par une équipe de Copenhague et rassemblant les données de 61 articles scientifiques parus de 1938 à 1991. Ces chercheurs mettent ainsi en évidence une décroissance régulière de la production spermatique de 1940 à 1990, la concentration moyenne en spermatozoïdes étant passée de 113 millions à 66 millions/mL. Soit une diminution de l’ordre de 40 % en un demi-siècle.

Cette étude, à la fiabilité initialement contestée, fut reprise et élargie par l’Américaine Shanna H. Swan et ses collègues, qui, au total, collectèrent les données de pas moins de 101 publications parues de 1934 à 1996. Publié en 2000, leur travail devait confirmer très largement les conclusions du précédent pour ce qui est de l’Europe et des États-Unis.

La tendance à la baisse de la concentration de spermatozoïdes est malheureusement corroborée, entre autres choses, par une étude récente se rapportant à l’Espagne. Un travail réalisé en 2001-2002 dans la province d’Almería et concernant 273 jeunes gens avait préalablement montré que leur concentration spermatique de spermatozoïdes était supérieure à celle évaluée à âge équivalent en Europe du Nord. Ce paramètre avait-il évolué depuis ? Pour répondre à la question, les chercheurs ont examiné en 2010- 2011 le sperme de 215 étudiants d’une autre région d’Espagne du Sud, celle de Murcia. Ils ont ainsi mis en évidence une diminution de la concentration durant la dernière décennie.


Atlantico.fr

Commenter cet article