Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coma : une technique d’imagerie pour établir sa sévérité

Publié le par M.Hermassi

Grâce au PET Scan, il serait possible de déterminer la sévérité d’un coma et d’établir un pronostic de survie et de récupération cérébrale selon les résultats d’une étude belge publiée dans l’hebdomadaire médical britannique The Lancet.

 

Coma :  une technique d’imagerie pour établir sa sévérité

Le professeur  Steven Laureys, neurologue, et son équipe de chercheurs du Coma Science Groupe de l’Université belge de Liège ont fait des avancées exceptionnelles quant à leurs capacités à évaluer le degré de profondeur descomas et l’estimation de l’activité cérébrale.
Pour cette étude clinique, les chercheurs ont travaillé avec  126 patients souffrant de différents types de lésions cérébrales graves à l'hôpital de l'Université de Liège, en Belgique, entre janvier 2008 et juin 2012. Quatre avaient  le « locked-in syndrome » (état neurologique rare dans lequel le patient voit tout et  entend tout mais ne peut pas  ni bouger ni parler, en raison d'une paralysie complète excepté le mouvement des paupières et parfois des yeux), 81 étaient en état de conscience minimale avec les causes traumatiques ou non et  traumatiques et  41 en état de mort végétatif.

Grâce à la technique d'imagerie fonctionnelle du cerveau, (la tomographie par émission de positons, TEP, connue aussi sous le nom de PET scan),  les chercheurs ont réussi à déterminer l’état précis dans lequel se trouvaient les tissus cérébraux  des personnes traumatisées.

«Pour résumer à l’extrême, nous parvenons à établir des topographies fonctionnelles neuronales précises chez les personnes cérébro-lésées et nous parvenons, avec le recul dont nous disposons, à établir une corrélation avec un pronostic quant aux possibilités de récupération », explique le Pr Laureys. « Nous parvenons aussi, à partir des cartographies dynamiques, à établir des sous-ensembles au sein de l’entité que nous avions préalablement décrite qu’est l’état de conscience minimale» explique  professeur Steven Laureys.

«Déterminer avec précision la sévérité de l’altération de conscience  permet non seulement d’établir un pronostic vital et fonctionnel mais aussi de suivre  plus efficacement l’évolution clinique des patients avec des  lésions cérébrales et d’optimaliser l’utilisation des ressources disponibles» conclut le professseur Steven Laureys.

 

Topsante

Commenter cet article