Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alzheimer : du café pour prévenir la maladie ?

Publié le par M.Hermassi

On attribue de nombreux bienfaits au café et à la caféine, dont le pouvoir de réduire le risque de développer la maladie d'Alzheimer

Pour la première fois, les chercheurs français et allemands ont réussi à démontrer l'impact positif du café sur la maladie d'Alzheimer. La caféine qu'il contient agit notamment sur les dépôts de protéine Tau, qui ralentissent la communication entre les cellules nerveuses du cerveau. 

Rien de mieux qu'une tasse de café bien frais pour débuter la journée. D'autant plus que les chercheurs ont déterminé qu'il existait de nombreux bienfaits à consommer cette boisson au petit-déjeuner. Récemment, des chercheurs de l'Université de Lille et de l'Inserm, dirigés par le docteur Blum, et de l'Université de Bonn, ont apporté d'autres bonnes nouvelles pour le café. Selon eux, la caféine que la boisson contient permettrait de réduire le risque de développer la maladie d'Alzheimer. Cette dernière résulte de deux types de lésions : les plaques amyloïdes qui se forment sur les neurones et les protéines tau anormales qui se déposent à l'intérieur des cellules nerveuses. Une meilleure mémoire D'après les résultats obtenus , la caféine aurait un impact sur les dépôts de Tau, une protéine altérant la communication entre les cellules nerveuses du cerveau et contribuant à leur dégénération. Pour en arriver là, les scientifiques ont évalué les effets de la caféine classique sur des souris élevées pour développer une neurodégénérescence liée à la protéine Tau, pendant dix mois. Les souris recevaient alors l'équivalent de deux tasses de café par jour chez l'homme. "Les souris traitées par la caféine ont développé une pathologie moins importante du point de vue de la mémoire, des modifications de la protéine Tau mais également de la neuro-inflammation", explique le docteur David Blum, chargé de recherche à l'Inserm, dans un communiqué. Les résultats ont montré que les souris consommant régulièrement du café avaient moins de pertes de mémoire. La caféine avait également un effet positif sur la mémoire spatiale et sur certaines parties de l'hippocampe, le centre de la mémoire chez les rongeurs. Une évolution ralentie La caféine est un antagoniste aux récepteurs de l'adénosine. Autrement dit, elle bloque les différents récepteurs du cerveau activés par l'adénosine, chez les patients atteints d'Alzheimer. Le blocage des récepteur A2a de l'adénosine empêche ainsi à certaines cellules cérébrales de s'activer. Le docteur Christa Müller, de l'Université de Bonn et co-auteur de l'étude, a mis au point une molécule baptisée MSX-3, mimant l'effet de la caféine. Ciblant les récepteurs A2a de l'adénosine, celle-ci s'est avérée plus efficace chez les souris prédisposées à la maladie d'Alzheimer que la caféine classique. "Nos résultats sont très prometteurs, puisque nous avons montré pour la première fois que les antagonistes des récepteurs A2a de l'adénosine ont des effets positifs sur la progression de la maladie chez l'animal. Et les effets secondaires sont mineurs", s'enthousiasme Christa Müller, reprise par Science World Report. Un essai clinique chez des patients atteints d'Alzheimer De nombreux tests cliniques sont encore nécessaires pour les équipes des deux chercheurs qui ignorent notamment le mécanisme impliqué derrière l'efficacité de la caféine à prévenir la maladie. "Ces travaux vont dans le sens d’une contribution importante des facteurs environnementaux dans le développement de la maladie d’Alzheimer", souligne David Blum. "Au vue de ces résultats, nous souhaitons maintenant d’une part identifier la cible moléculaire responsable des effets bénéfiques de la caféine et, d’autre part, mettre sur pied un essai clinique à base de caféine chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer", conclut-il. Actuellement, il n'existe aucun traitement pour soigner la maladie d'Alzheimer. Aussi, de nombreux travaux se concentrent sur la découverte de facteurs favorisant la maladie et de facteurs permettant de prévenir son développement. Une étude parue en janvier 2014 avait déjà suggéré que le café et la caféine avait un effet positif sur la mémoire. 

Maxisciences

Commenter cet article